PHC

Communiqués

So-Cons et Faux-Cons Deuxième partie

mar. juillet 14, 2020 | Auteure: Peter Vogel   |   Le volume: 27    Le numéro: 28

Si vous pensez que le fait d’aimer la couleur bleue plus que la couleur rouge fait de vous un conservateur, vous pourriez être un fan de Peter Mackay, d’Erin O’Toole et d’un tas d’autres faux-cons. Mais si vous pensez que des positions de principe sur un large éventail d’enjeux sont nécessaires pour être considéré comme un vrai conservateur, vous cherchez peut-être d’autres options.

Bien sûr, le PHC a été fondé en partie en raison du manque de conservateurs de principe dans le gouvernement, et le PHC continue de mettre en place des politiques de bon sens et fondées sur une moralité immuable. Le Parti conservateur du Canada (PCC) a dérivé au fil des ans en termes de politique, mais se déplaçant généralement plus à gauche, en conservant son sobriquet «Liberal Lite» intact.

Mais regardons les quatre candidats en lice pour la direction du PCC; dans quelle direction se déplacent-ils? Lesquels sont les plus proches du PHC dans leurs politiques?

Derek Sloan est pro-vie, contre les chirurgies de changement de sexe pour les mineurs, et il comprend que la liberté d’expression est fondamentale à la démocratie canadienne. Il soutient la liberté de conscience, en particulier pour les professionnels de la santé; c’est un champ de bataille majeur. Il s’est prononcé contre bon nombre des mêmes choses que le PHC et a en fait réalisé une interview de « CHP Talks » au cours de la semaine de la Marche pour la vie. Il a un plan pro-vie en 12 points qui comprend la modification de la politique actuelle du PCC - qui actuellement ne soutient pas la législation pour réglementer les avortements. Il est tout à fait exceptionnel dans son audace sur des questions d’importance morale; il est le parrain d’une pétition pour arrêter la «chirurgie de changement de sexe» des mineurs. Il a été attaqué pour ses opinions, mais au lieu de reculer et de s’abstenir (comme d’autres l’ont fait dans le passé), il a clairement réaffirmé ce qu’il croit et pourquoi il le croit. En soi, cela ne devrait pas être remarquable; de nombreux politiciens ont exprimé des opinions similaires à la sienne dans le passé, mais dans la culture d’aujourd’hui, ses prises de position sont rares et remarquables. Il est avocat et député de Hastings — Lennox et Addington dans l’Est de l’Ontario.

La Dre Leslyn Lewis est également pro-vie et pro-famille; elle parle clairement au nom des droits parentaux. Ses «quatre piliers» pour un gouvernement efficace sont sensiblement similaires à certaines des priorités du PHC. Bien qu’elle ne soit pas aussi véhémente que Derek, elle a également défendu des politiques et des idées qui sont en contradiction avec la plupart des médias et de la culture traditionnels du Canada. Elle déclare fermement que ses opinions contre l’avortement sélectif en fonction du sexe et le financement des avortements à l’échelle internationale ne sont pas en contradiction avec les opinions de la majorité des Canadiens! Elle soutient le vote libre sur les questions de conscience. Elle a un soutien important dans la communauté pro-vie. La principale prudence à son sujet concerne sa participation passée au Fonds d’action et d’éducation juridiques pour les femmes, qui n’est pas exactement une organisation socialement conservatrice. Elle a adressé directement son affiliation et a été en mesure de dévier certaines de ces préoccupations. Dre Lewis est avocate à Scarborough, Ontario.

Bien que ces deux candidats aient des plans pro-vie avec d’excellents points, n’oublions pas que ce qui est nécessaire, c’est que les enfants à naître soient considérés comme des «personnes» dans le Code criminel du Canada avant leur naissance et bénéficient ainsi des mêmes protections que les personnes qui sont nés. Telle est la position du PHC, et nous saurions ultimement nous contenter de moins.

Erin O’Toole n’est certainement pas pro-vie; il soutient également le projet de loi sur le changement de sexe des libéraux (C-8). Bien qu’il a tenté de paraître sympathique et accueillant aux so-cons, son rejet de la morale traditionnelle en matière d’avortement, de sexualité et de genre en fait un faux-cons. Oui, il a de bonnes politiques contre le mondialisme et en faveur de la santé fiscale, mais Derek Sloan et Leslyn Lewis aussi. Ses politiques semblent éviter les problèmes sociaux «controversés».

Peter Mackay est le «Tory rouge» dans la course, ce qui signifie qu’il aime généralement la politique budgétaire conservatrice, mais pas les vrais conservateurs. Il l’a expliqué très clairement avec son commentaire «albatros puant» l’année dernière (pour être honnête, il a dit plus tard qu’il le regrettait). Sa seule concession aux so-cons est sa déclaration en faveur des droits de conscience pour les médecins. Cela est difficile à concilier avec son opposition au conseil pour les enfants atteints de dysphorie de genre. Le terme «dysphorie de genre» en est venu à inclure les enfants qui traversent une brève période de confusion, c’est-à-dire lorsqu’ils doivent être guidés par leurs parents aimants.

Les accusations de tricherie, etc. entre les campagnes d’Erin O’Toole et de Peter Mackay devraient donner des indications sur leurs équipes respectives, les personnes avec lesquelles ils s’entourent - et pas pour le mieux.

Les quatre candidats offrent des visions différentes pour leur leadership potentiel, et on peut naturellement s’attendre à ce que tous les députés pro-vie et autres politiciens soutiennent Derek Sloan et Leslyn Lewis avec gratitude pour leur bravoure. Malheureusement, ce n’est pas le cas. La longue liste de politiciens soutenant Erin O’Toole et Peter Mackay comprend des noms qui surprennent, voire choquent, ceux qui sont impliqués dans le mouvement pro-vie.

Il y a beaucoup, beaucoup d’enjeux qui doivent être abordés par les politiciens, mais leur position - ou leur absence de position - sur les enjeux liées à la protection de la vie, de la famille traditionnelle (et du genre), et de la liberté d’expression et de conscience sont les plus révélatrices. Lorsque les politiciens prennent le côté de la vie, de la famille et de la liberté - le côté que prend le PHC - ils méritent notre reconnaissance et notre respect. S’ils ne le font pas, ils devraient être contestés par des membres de principe de leur propre parti et leurs électeurs.

Les principes de bon gouvernement dans tous les domaines - y compris la responsabilité financière, l’ordre public et la souveraineté canadienne font partie de la vaste gamme de politiques du PHC. Votre approbation et votre adhésion au PHC sont utiles et nécessaires en cette période de compromis moral au Canada.



Download PDF Version

Other Commentary by Peter Vogel: