Contact us now: Phone: +111111111

CHP

Commentary

Liberté, Hong Kong, Taiwan… et Canada

Tue, April 20, 2021   |   Author: Peter Vogel   |   Volume 28    Issue 16 | Share: Gab | Facebook | Twitter   

Leonard Cohen a chanté de façon célèbre: « Nous prenons d’abord Manhattan, puis nous prenons Berlin. » Le Parti Communiste Chinois (PCC) pourrait réécrire ceci comme suit: « D’abord nous prenons Hong Kong, puis nous prenons Taiwan. » Le problème est que sous le leadership d’aujourd’hui, le Canada chanterait en chœur.

Le Canada a reconnu la « politique d’une seule Chine » de la Chine en 1970 - devinez qui était Premier Ministre à cette époque? (Réponse : Trudeau Sr). La reconnaissance de cette politique sur la scène mondiale, y compris l’ONU, a été le début de la fin de l’indépendance de Taiwan. Heureusement, les Taiwanais n’ont pas abandonné et ne font pas encore officiellement partie de la Chine. Hong Kong, cependant, sert d’avertissement pour la suite.

Le Canada doit prendre position pour la liberté - pour les Canadiens au Canada (et en Chine), et aussi pour le bien des citoyens de Hong Kong, de Taiwan et d’autres pays qui sont géographiquement proches et immédiatement menacés par les plans agressifs du PCC. Le problème est que les relations du Canada avec la Chine sont facilement tendues; une motion non contraignante, qui a été adoptée au Parlement la semaine dernière, qualifiait le Président de Taiwan, Tsai Ing-wen, de « leader international très respecté, femme présidente de Taiwan et ardente défenseure mondiale de la démocratie ». Cela a valu au Canada une sévère réprimande de la part de la Chine.

Des pays comme Taïwan, la Corée du Sud, les Philippines, le Japon et - bien qu’il ne soit plus séparé de la Chine - Hong Kong, doivent former une alliance de protection mutuelle face à l’expansion chinoise (et à l’agression nord-coréenne). Il serait utile que l’Inde, Singapour, l’Indonésie, la Thaïlande et même le Pakistan fassent également partie de ce groupe. Non pas qu’il serait facile pour chacun de ces pays très différents, avec des différences historiques et des griefs, de commencer soudainement à travailler ensemble, mais cela est de plus en plus nécessaire. La Chine ne reste pas immobile; il envisage d’étendre son empire et l’a déjà fait. La politique fait d’étranges compagnons de lit, et si ces pays souhaitent conserver leur indépendance, ils doivent rester unis malgré les problèmes de leur passé.

En quoi les affaires de l’Asie regardent-elles le Canada? Les idées de liberté et de démocratie pour Hong Kong et Taïwan sont importantes, et ce serait à elles seules une raison d’essayer d’aider ceux qui sont sur le point de les perdre, mais il y a aussi une raison plus pratique pour le Canada de s’impliquer. Ce que de nombreux Canadiens ne réalisent peut-être pas, c’est qu’il y a des citoyens canadiens qui vivent à Hong Kong - et pas seulement quelques-uns non plus. Environ 300 000 citoyens canadiens résident à Hong Kong, mais pour combien de temps encore? Que fera le gouvernement du Canada si la (déjà mauvaise) situation empire? Le Canada aurait-il la volonté et la force logistique de les emmener et de les amener en toute sécurité au Canada? Le fait que les « Deux Michaels » soient toujours emprisonnés en Chine ne présente pas d’espoir.

Mais qu’en est-il de la situation à Hong Kong? Est-il si mal que ça? La Chine ne respecte pas la déclaration « Un pays, deux systèmes », signée en 1997, et cela commence à se montrer: la manière dont ils ont traité un homme du nom de Jimmy Lai met en lumière les intentions de la Chine. Il a été arrêté à plusieurs reprises maintenant parce qu’il continue à agir pour la liberté et la démocratie à Hong Kong. Il est riche et influent, un « magnat des médias », mais même un homme de sa stature n’est pas à l’abri et devra se battre pour sa propre liberté devant les tribunaux avant de pouvoir reprendre la lutte pour son pays.

Un autre exemple est Nathan Law, un législateur élu à Hong Kong - sauf qu’il n’est plus à Hong Kong, il est en Grande-Bretagne - un réfugié politique qui a eu la chance de fuir. Il avait déjà été emprisonné et attaqué pour son soutien à la liberté et à la démocratie pour Hong Kong.

Lorsque ces deux hommes ont été arrêtés ou ont fui le PCC, ils avaient suffisamment de visibilité pour être remarqués par la presse internationale - mais qu’en est-il du citoyen moyen qui a grandi dans une démocratie libre qui est maintenant prise en charge par un régime communiste? Ils subiront les mêmes conséquences ou pire sans que leur histoire ne soit racontée. Ou, pour ceux qui sont Canadiens, pourraient-ils demander de l’aide et, espérons-le, être extradés - si le gouvernement du Canada a la volonté et la force de le faire? Mais encore une fois, le manque d’engagement de notre gouvernement envers le retour des « Deux Michaels » est inquiétant. Nous sommes reconnaissants aux pays qui ont pris position pour la liberté et une procédure régulière et ont demandé leur libération lors de leur procès en Chine, mais notre propre ambassadeur n’était même pas présent.

Ces exemples de personnes qui défendent la liberté d’expression et la démocratie servent également de leçon au Canada d’une autre manière; ils devraient nous faire réfléchir à nos propres libertés et à la direction dans laquelle elles se dirigent. La liberté d’expression est de nouveau menacée sous prétexte de lutter contre le « discours de haine » par le biais du projet de loi C-10. Alors que la haine est un péché et que parler / écrire des choses haineuses est moralement mauvais, la question de savoir qui définit ce qui est et ce qui n’est pas « haineux » est ce que nous devons demander; Est-ce que ce sera notre gouvernement libéral actuel et les bureaucrates qu’ils nomment? La norme de ce qui constitue un discours de haine sera-t-elle inchangée et appliquée de manière cohérente? Il y a de bonnes raisons de craindre que ce projet de loi ne freine la discussion de sujets controversés, et ce n’est pas la direction que nous voulons prendre.

Non, nous ne sommes pas dans la même situation que Hong Kong, mais nous n’allons pas non plus dans la bonne direction. Le Canada doit prendre une position audacieuse en faveur de la liberté au pays et à l’étranger. Il devrait commencer chez soi en renforçant au lieu de diminuer la liberté d’expression, puis en reconnaissant et en aidant le sort de ceux qui vivent à Hong Kong et à Taiwan à l’étranger.

Une diplomatie forte et fondée sur des principes est nécessaire; Le Canada ne doit pas continuer à se plier aux exigences et aux ambitions du PCC. Nous devons nous tenir aux côtés de Hong Kong, de Taiwan et d’autres juridictions menacées par la montée du totalitarisme. Le Canada doit cesser délibérément de détourner le regard et ne plus reconnaître la politique d’une « Chine unique ».

Vous pouvez également agir; veuillez signer cette pétition contre le projet de loi C-10.

Tant que vous avez votre liberté d’expression, utilisez-la pour vous impliquer politiquement en participant à des campagnes et en rejoignant le PHC.



Download PDF Version

Share to Gab

Other Commentary by Peter Vogel: