Contact us now: Phone: +111111111

CHP

Commentary

La trahison de la taxe carbone d’O’Toole

Tue, April 27, 2021   |   Author: Taylor   |   Volume 28    Issue 17 | Share: Gab | Facebook | Twitter   

Comme nous le savons tous, la mort et les impôts sont sûrs. De nombreux Canadiens supposent cyniquement que la rupture des promesses par les politiciens après une élection est tout aussi sûre. Il ne devrait pas en être ainsi. Mais Erin O’Toole, chef du Parti conservateur du Canada, a étonné les petits conservateurs en rompant sa promesse avant une élection générale! En fait, c’était une promesse qu’il avait faite avant d’être élu chef du PCC, une promesse d’éliminer la taxe fédérale sur le carbone imposée par les libéraux de Trudeau. Dans un bait-and-switch bizarre, M. O’Toole propose maintenant de remplacer la taxe fédérale sur le carbone par un « prélèvement » fédéral sur les achats de carburant, qui finirait par passer à 50 $ la tonne. C’est 10 $ de plus que l’actuelle taxe fédérale sur le carbone.

M. O’Toole semble supposer que les électeurs aux prochaines élections apprécieront sa volte-face sur le carbone. Cependant, lorsqu’il cherchait le soutien des conservateurs porteurs de cartes de membre pour sa candidature à la direction, il savait que sa base avait toujours rejeté toute taxe sur le carbone et agissait en conséquence (apparemment, c’est toujours l’humeur de la plupart des membres, à en juger par les résultats de leur récent congrès politique virtuel où les délégués ont voté contre une motion visant à ajouter « le changement climatique est réel » à la politique du parti).

Remontez moins d’un an en juin 2020, lorsque M. O’Toole - pendant le feu de l’action à la course pour la direction du parti - a signé l’engagement de la Fédération canadienne des contribuables « d’abroger la taxe sur le carbone Trudeau et de rejeter toute future taxe nationale sur le carbone ou système de plafonnement et d’échanges de quotas. »

Alors, que disait-il alors et que dit-il maintenant? En tant que candidat à la direction, cherchant la confiance des membres du PCC, en particulier ceux de l’Ouest, il a déclaré que les taxes sur le carbone étaient:

  • “injuste envers les aînés et les familles;”
  • “faire payer plus les plus pauvres;”
  • Nuire aux « petites et moyennes entreprises »; et
  • « Ne rien faire pour l’environnement »

Nous sommes d’accord avec ces déclarations faites à l’époque et avec la grande majorité des petits conservateurs qui n’ont pas changé d’avis, mais qui sont maintenant en colère et frustrés par la trahison de leur confiance. Jeudi dernier, lorsque le chef du PCC a surpris ses amis et ses ennemis avec sa nouvelle proposition, il a déclaré: « le moyen le plus efficace de réduire nos émissions est d’utiliser des mécanismes de tarification. » « Mécanismes de tarification » est une expression euphémique utilisée pour éviter d’utiliser le mot détesté « taxe ». En fait, il nie que son programme proposé doive être considéré comme une taxe, puisque les frais seraient perçus à la pompe par l’industrie, accrédités comme « points verts » dans un compte personnel détenu par le consommateur et échangeable contre l’achat de « produits verts » à partir d’une liste approuvée. Il préfère appeler cela un « prélèvement ». L’intention est la même, l’impact sur les coûts de carburant est le même, l’avantage négligeable pour l’environnement est le même, l’augmentation du coût de chauffage de sa maison et de conduite de sa voiture est la même, les augmentations de prix correspondantes sur tous les produits de consommation sont les mêmes. Seul le nom a été changé pour protéger les coupables. Pour le Canadien moyen, c’est toujours une taxe.

Les détracteurs de la nouvelle taxe carbone d’O’Toole soulignent également la complexité de son dispositif. Il s’agit de créer une nouvelle organisation pour suivre la consommation de carburant, attribuer les points accumulés, appliquer des crédits à la liste des récompenses « vertes », etc. Qu’il soit géré par le gouvernement ou l’industrie, la gestion d’un tel système coûte de l’argent, et les frais généraux retomberont à nouveau sur le consommateur. Comme mon père disait: « Évitez les gadgets; donnez-moi simplement le produit au prix le plus bas possible. » La complexité de l’administration n’est jamais une vertu. Si je souhaite acheter un produit ou un service « vert », je l’achèterai. Je n’ai pas besoin que le gouvernement manipule mes voyages, mes achats ou mes perspectives environnementales.

Le PHC s’est toujours opposé à toute forme de taxe sur le carbone. Nous devons traiter de nombreux problèmes environnementaux, mais le CO2, un gaz inoffensif - bénéfique pour la croissance des plantes - n’en fait pas partie. Les additifs pour carburants, les produits chimiques artificiels, l’élimination des déchets biomédicaux, la pollution pharmaceutique, les plastiques et eaux usées brutes se déversant dans l’océan, les « semences suicides » génétiquement modifiées qui obligent les agriculteurs pauvres du monde entier à acheter des semences et des produits chimiques à des multinationales, les espèces envahissantes et la perte d’espèces résidentes, les débris spatiaux, les particules industrielles. . . tous ces défis méritent notre attention. Se féliciter d’avoir réduit les émissions d’un gaz atmosphérique inoffensif (à la production mondiale dont le Canada contribue à environ 1,5%) est de la folie.

M. O’Toole a maintenant jeté les consommateurs et ses propres partisans sous le bus avec une promesse non tenue; certains de ses propres députés ont entendu parler du nouveau plan fiscal pour la première fois lorsqu’ils l’ont entendu aux nouvelles. En janvier, il a montré son mépris pour les conservateurs sociaux dans son caucus en expulsant le député Derek Sloan sur la plus faible des excuses; clairement un mouvement conçu pour mettre en évidence ses propres références en faveur de l’avortement. En février, il a rétrogradé son brillant porte-parole en matière de finances, Pierre Poilievre. Il refuse d’appuyer le projet de loi C-233 de Cathay Wagantall sur l’avortement sélectif en fonction du sexe. On ne sait pas comment M. O’Toole pense pouvoir gagner une élection en dispersant et en démoralisant ses forces. Aussi terribles que soient devenus les libéraux, il semble que M. O’Toole fasse tout ce qui est en son pouvoir pour donner à M. Trudeau un troisième mandat. Ses propres perspectives de devenir Premier Ministre se sont estompées.

Nous, au PHC, nous tenons toujours à nos principes; nos candidats offriront aux électeurs du plus grand nombre de circonscriptions possible le choix de voter pour la vie, la famille et la liberté. Pour mémoire, un gouvernement PHC abolirait la taxe fédérale sur le carbone, réduirait le gaspillage du gouvernement, œuvrerait à l’équilibre budgétaire et mettrait fin aux restrictions inconstitutionnelles aux libertés personnelles qui détruisent maintenant l’économie et le tissu social du Canada. Nous vous invitons à nous rejoindre dans la bataille!



Download PDF Version

Share to Gab

Other Commentary by Taylor: