PHC

Communiqués

Temps extraordinaires, mesures extraordinaires

mar. décembre 1, 2020 | Auteure: Rod Taylor   |   Le volume: 27    Le numéro: 48

Au moment où j’écris, le Canada, les États-Unis et les citoyens de la plupart des pays du monde vivent de l’anxiété, de la confusion et de la détresse; les gouvernements, et les bureaucrates qui parlent parfois en leur nom, mettent en œuvre des ordonnances draconiennes de confinement et les appliquent avec un zèle inquiétant. La peur exacerbée du COVID-19 et la peur justifiée de voir les gouvernements assumer des pouvoirs dictatoriaux ont travaillé ensemble pour ébranler la confiance du public dans les institutions qui ont longtemps été tenues pour acquises.

D’un océan à l’autre, les premiers ministres des provinces, les ministres de la Santé et les agents de santé publique ont hardiment proclamé des restrictions arbitraires sur des activités qui jusqu’ici étaient considérées non seulement sûres mais nécessaires. Alberta et Colombie-Britannique ont récemment introduit de nouvelles règles, accompagnées de menaces brutales d’amendes et d’arrestations. Ils se joignent à d’autres provinces comme l’Ontario, qui pressent leurs citoyens depuis des mois, sans promesse crédible de relâchement. Certaines des restrictions récemment renforcées:

  • Le culte corporatif en personne dans les églises a été soit carrément interdit, soit limité à un nombre considérablement réduit.
  • Les masques sont maintenant obligatoires à l’intérieur des espaces publiques en Colombie-Britannique. (sauf si l’on mange réellement dans un restaurant, le masque peut être retiré).
  • Le rassemblement de la famille et des amis dans les maisons a été limité ou carrément interdit.
  • La participation aux mariages et aux funérailles est réduite. Ces événements sont d’une importance cruciale pour les familles, les églises et les communautés. Ils jouent un rôle important dans la mémoire collective. Être présent à un enterrement contribue à l’équilibre émotionnelle et à l’acceptation. Les témoins à un mariage ajoutent du poids aux vœux et soutiennent l’engagement à vie du mariage.
  • Au Manitoba et dans d’autres juridictions, le gouvernement demande à ses citoyens de se plaindre de leurs voisins s’ils voient qu’ils ont des visiteurs à la maison. Est-ce le genre de société que nous voulons? Où les voisins s’espionnent et se livrent pour avoir eu des amis pour le souper? Cela ressemble plus à la Russie stalinienne ou à l’Allemagne de l’ère hitlérienne.

Le Canada est meilleur que cela. La liberté est quelque chose pour laquelle nos citoyens ont saigné et sont morts. C’est difficile à gagner et facile à perdre. En tant que citoyens responsables et respectueux des lois, sommes-nous devenus si disposés à accueillir l’État que nous ne savons pas comment réclamer nos droits en tant que citoyens? Mais nous devons commencer à faire cela, ou regarder sans cesse nos libertés disparaître, une par une. Si nous avions été plus disposés à faire face à des manipulations injustifiées dans le passé, nous aurions peut-être été mieux préparés aux défis auxquels nous sommes aujourd’hui confrontés.

Les pressions pour se conformer augmentent. Quels nouveaux signes avant-coureurs voyons-nous aujourd’hui qui devraient nous inciter à nous exprimer? Beaucoup.

  • Le 1er mai, le Cabinet libéral a publié un décret déclarant certains types d’armes à feu illégaux. Il n’y a pas eu de vote à la Chambre des communes. Il n’y avait aucune explication logique pour les types d’armes à feu interdits; aucune preuve que ces armes à feu en particulier causent plus de décès que d’autres. Il y avait que la phrase émotionnelle «armes d’assaut de type militaire». Les Canadiens n’ont pas eu la chance de voter sur cette mesure, mais les propriétaires légaux de ces armes à feu se sont vu confisquer arbitrairement leurs droits et leur propriété privée sans même un vote au Parlement.
  • Après sa prorogation intéressée, le Premier ministre n’a pas tardé à renouveler ses efforts pour étendre l’euthanasie et pour interdire la «thérapie de conversion». Les Canadiens ne lui ont pas demandé de faire cela. Alors que les Canadiens sont distraits par la «crise du COVID», le Premier ministre fait avancer furtivement son programme socialiste radical. Il présente habilement les décisions de justice comme une excuse et s’appuie sur ses chiens suiveux loyaux pour faire adopter sa législation lorsque les députés de l’opposition et le public ont le moins l’occasion de débattre sérieusement. Ses références à la «Grande réinitialisation» nous disent que nous pouvons nous attendre à plus du même genre.
  • Le 26 novembre, des dizaines de policiers à Toronto - avec une démonstration écrasante de force brute (à ce qui devait être un coût astronomique) - ont arrêté le propriétaire d’Adamson Barbecue, Adam Skelly, et l’ont emmené menotté. Un homme essayant simplement d’exploiter une entreprise était traité comme un criminel dangereux. Où était cette démonstration de force lorsque les lignes ferroviaires du Canada ont été fermées pendant deux semaines en février, ce qui a gravement nui à notre économie? Pourquoi le double standard? Il est tout à fait ironique qu’un homme sur sa propre propriété commerciale ait été emmené avec des menottes, mais les contrevenants qui ont fermé notre système de transport national ont été traités avec ménagement.
  • Les églises - historiquement connues pour être fréquentées par des citoyens qui travaillent dur, qui paient leurs impôts et qui respectent la loi - sont menacées d’amendes et d’arrestations pour s’être réunies dans des rassemblements pacifiques, socialement éloignés et adorateurs où les participants sont instruits à un comportement droit.

Si vous êtes préoccupé par la perte de liberté et l’imposition de réglementations arbitraires, rejoignez-nous et aidez-nous à repousser les ténèbres. Priez pour nos politiciens, afin qu’ils aient la sagesse, le courage et le désir de faire du Canada le «vrai Nord, fort et libre». Dieu a du travail à faire pour nous. Il nous a préparés, son peuple, à le représenter en ces jours difficiles. Le prophète Daniel nous dit que «. . . les gens qui connaissent leur Dieu seront forts et feront des exploits. (Daniel 11:32) Soyez prêt. Restez informé. Demandez à Dieu la sagesse et le discernement. Nous vivons des temps extraordinaires, où les gens ordinaires peuvent être appelés à faire des choses extraordinaires.



Download PDF Version

Other Commentary by Rod Taylor: