PHC

Communiqués

Réprimandes par—et pour—le Parlement

mar. juin 29, 2021 | Auteure: Peter Vogel   |   Le volume: 28    Le numéro: 26   |   Share: Gab | Facebook | Twitter   

Lorsque le Parlement canadien utilise une procédure qu’il utilise rarement, et d’une manière qu’il n’a pas fait depuis plus de 100 ans, cela soulève des questions. La procédure est une réprimande formelle; être « appelé devant le barreau » à la Chambre des communes n’est pas un honneur, et personne, à l’exception de quelques députés, n’a été dans cette position peu enviable, depuis 1913.

Iain Stewart, président de l’Agence de la santé publique du Canada, a été convoqué et a récemment comparu à la Chambre des communes pour être publiquement réprimandé pour ne pas avoir produit les documents qu’il avait été appelé à remettre au Parlement, sauf sous une forme largement caviardée. Ces documents contiennent des détails sur le Laboratoire national de microbiologie du Canada et ses liens possibles avec l’Institut chinois de virologie de Wuhan. C’est une information importante pour les députés, et lorsqu’ils ne la recevaient pas, ils devaient prendre quelqu’un à partie, alors M. Stewart a été réprimandé. Mais le Parlement n’a toujours pas les documents non caviardés, et le gouvernement libéral envisage d’utiliser les tribunaux, dans une manœuvre sans précédent, pour qu’il en soit ainsi. Si cela ne vous rend pas curieux de savoir ce qui est retenu. . . .

Une autre réprimande formelle a été récemment donnée par le Parlement au ministre de la Défense Harjit Sajjan ; les trois partis d’opposition ont travaillé ensemble pour que cela se produise, et le premier ministre n’a pas apprécié le geste. Mais cela semble avoir été mérité, car le ministre de la Défense n’a pas traité de manière satisfaisante les enquêtes sur les inconduites sexuelles dans l’armée canadienne, et a également menti sur son dossier de service militaire en 2016. Ce reproche n’est pas aussi grave que celui de M. Stewart, mais peut-être une vérification de la réalité pour le ministre Sajjan.

Bien que le Parlement puisse et donne occasionnellement des réprimandes, il devrait également les recevoir. Les derniers jours de la session la plus récente donnent de nombreuses raisons de réprimander:

Premièrement, une forte majorité de députés ont adopté le projet de loi C-6, dont Erin O’Toole et quarante-huit autres conservateurs qui ont voté avec lui; cette loi non seulement proscrira la thérapie de conversion, mais criminalisera également le conseil chrétien sur la sexualité biblique, comme cela a été souligné dans les communiqués précédents. Il criminalisera également tout autre conseil – demandé ou non – en matière de sexualité. Nous devons prier pour que notre Sénat - ou une élection - empêche ce projet de loi d’être adopté.

Deuxièmement, les libéraux, le NPD et le Bloc ont fait équipe pour adopter le projet de loi C-10 au milieu de la nuit! Ce projet de loi est une attaque contre la liberté d’expression en ce qui concerne Internet. La plupart des députés souhaitent que le gouvernement ait plus de pouvoir pour contrôler les informations auxquelles vous aurez accès à l’avenir. Encore une fois, le Sénat ou une élection pourraient l’arrêter, mais un futur Parlement pourrait encore le ramener.

Troisièmement, et pas aussi récemment, les députés qui ont voté contre le projet de loi C-233, l’initiative anti-avortement sélectif de la députée Cathay Wagantall, devraient être réprimandés pour ne pas être disposés à légiférer contre une pratique que la plupart des Canadiens condamnent ! Tout en se proclamant féministes, ces députés ont au contraire montré qu’ils soutenaient le meurtre de petites filles pour le « crime » d’être une femme. Notamment, Erin O’Toole et trente-sept autres députés conservateurs ont voté contre ce projet de loi montrant leur faillite morale.

Beaucoup plus de reproches pourraient (et devraient) être donnés ; la connexion des libéraux avec les dollars qu’ils jettent comme si l’argent leur appartenait est une raison permanente de les réprimander - pour les journalistes qui se soucient.

La prochaine réprimande au Parlement devrait venir des citoyens canadiens à leurs députés qui, dans la plupart des cas (pas tous), détournent notre pays du respect de la vie, de la promotion de la famille ordonnée par Dieu et de la protection de la liberté, en particulier la liberté d’expression.

Comment votre député a-t-il voté sur le projet de loi C-233? Le projet de loi C-6? Le projet de loi C-10? Votre député est-il pour la vie ? Votre député représente-t-il la famille? Votre député est-il pour la liberté ? Est-ce qu’il ou elle représente ce qui compte pour vous. . . ou ce qui compte pour son parti, indépendamment de la moralité?

Si votre député ne défend pas les choses auxquelles vous croyez – la vie, la famille et la liberté, il ou elle mérite une réprimande. . . de toi! Peut-être que cela pourrait être un appel téléphonique ou une lettre, mais cela devrait également signifier faire face à un candidat aux prochaines élections qui défendra ces principes fondamentaux.

C’est là qu’intervient le PHC ; Le PHC représente la vie, la famille et la liberté, et les candidats qui se présentent sous cette bannière donnent aux Canadiens la possibilité de prendre position et de voter pour ce en quoi ils croient et de réprimander les candidats et les députés qui ne leurs donnent pas cette possibilité.

Nos candidats ont besoin de votre aide pour prendre position et défendre les droits et les valeurs des Canadiens. Soyez à nos côtés et soutenez le travail en cours du PHC!



Download PDF Version

Share to Gab

Other Commentary by Peter Vogel: