PHC

Communiqués

Les inégalités du gouvernement canadien persistent

August 30, 2022 | Auteure: Vicki Gunn   |   Le volume: 29    Le numéro: 35   |   Share: Gab | Facebook | Twitter   

Avec la « crise » du COVID vue par beaucoup d’entre nous à travers le rétroviseur, je pensais que la contrainte de se soumettre aux vaccins était terminée. . . jusqu’à ce que je découvre que ce n’était pas.

Avec la résurgence des nouvelles sur certains collèges et universités rendant obligatoires les vaccins COVID, j’ai réalisé qu’il y avait encore des mandats de vaccin COVID imposés aux Canadiens. Qu’est-il arrivé aux Canadiens licenciés pour leur refus de se soumettre au vaccin COVID? C’est un choix personnel que nous avons le droit de faire, conformément à l’article 7 de notre Constitution : « Le droit englobe le fait de ne pas être menacé de châtiments corporels ou de souffrances... »

Rares sont ceux qui ne considéreraient pas comme une forme de « souffrance » le fait de ne pas pouvoir subvenir à leurs besoins ou à ceux de leur famille, alors pourquoi les Canadiens font-ils toujours face à des sanctions gouvernementales, comme l’exclusion discriminatoire des prestations d’assurance-emploi offertes aux personnes vaccinées. Chaque employé au Canada est tenu de cotiser à la caisse d’assurance-emploi et serait normalement admissible à recevoir des prestations en cas de perte d’emploi. Depuis que le gouvernement a imposé des exigences de vaccination à ses employés et licencié ceux qui refusaient les injections expérimentales, le même gouvernement a arbitrairement statué que les employés licenciés pour avoir exercé leur droit à l’autonomie corporelle ne sont pas éligibles aux prestations. Le gouvernement a effectivement créé deux catégories de citoyens au Canada : ceux qui peuvent accéder aux prestations d’assurance-emploi en cas de chômage et ceux qui ne le sont pas.

C’est incroyable!

Autant que je sache, nous avons droit aux droits de la Charte, quoi qu’il arrive. Ils ne dépendent pas de notre obéissance aux mandats du gouvernement. Ce ne sont pas des privilèges accordés par le gouvernement; ce sont des droits humains, donnés par Dieu et reconnus par le gouvernement!

Heureusement, il est encore possible de lutter contre une telle coercition illégale de la part de notre gouvernement. Le Centre de justice pour les libertés constitutionnelles n’a pas quitté l’arène. Ils continuent de se battre pour la protection de nos droits et libertés.

Selon Cynthia Murphy, avocate au CJLC, « Dans un pays libre, les citoyens décident du traitement médical qu’ils reçoivent. Il n’y a aucune excuse légitime pour que les Canadiens soient étiquetés comme se livrant à une « inconduite » pour avoir refusé le vaccin Covid et se voient refuser l’assurance-emploi afin de remplir un objectif politique qui est en violation directe de la loi. »

Mais vous êtes également nécessaire dans cette bataille. Là où il n’y a pas de volonté publique de résoudre les inégalités, les inégalités augmenteront en nombre et en gravité. Un excellent exemple a « un pas de plus » est le réseau universitaire de santé de Toronto, qui fait de la vaccination contre la COVID une exigence pour ceux qui reçoivent une greffe d’organe. Deux niveaux de personnes—ceux qui peuvent recevoir des organes et ceux qui ne le peuvent pas.

Les Canadiens ont la possibilité de présenter leur cas le jour des élections, ce qui, malheureusement, en 2021, n’a pas fait tomber un gouvernement aussi impitoyablement indifférent à nos droits. Mais, il existe un moyen supplémentaire de faire pression sur le gouvernement, par le biais d’une pétition parlementaire. Pour utiliser ce processus, il faut trouver un député qui est prêt à soumettre une pétition bien préparée devant le Parlement. Ce député peut ou non soutenir la cause, mais accepte de lire la pétition au Parlement.

Le député John Brassard, (Barrie-Innisfil), a parrainé une pétition s’opposant au refus de l’assurance-emploi aux Canadiens qui refusent de recevoir le vaccin COVID. Le libellé de la pétition est ci-dessous et un lien vers la pétition est fourni.

Veuillez-vous opposer à l’iniquité perpétrée contre les Canadiens par notre propre gouvernement. Agissez et signez cette pétition aujourd’hui. 

Pétition au Gouvernement du Canada

Alors que:

    • Le gouvernement a eu un impact négatif sur les travailleurs en restreignant l’accès à l’assurance-emploi (AE) lorsque les mandats de vaccination ont été mis en œuvre dans le secteur public fédéral et dans les secteurs sous réglementation fédérale en octobre 2021;
    • Les travailleurs concernés ont été contraints à un congé sans solde, congédiés ou licenciés en raison de leur décision personnelle de ne pas se faire vacciner;
    • Les employeurs ont été chargés d’interpréter les directives du gouvernement, devenant les seuls décideurs quant à savoir si des exemptions de vaccination pour les travailleurs individuels seraient accordées;
    • Le gouvernement a annoncé que les travailleurs qui ne se font pas vacciner sans exemption ne seraient pas éligibles à l’assurance-emploi;
    • Les employeurs ont été avisés de signaler les travailleurs suspendus, licenciés ou congédiés pour avoir refusé de se conformer à un mandat de vaccination, en codant les RE avec de nouveaux codes conçus pour informer Service Canada des travailleurs non conformes (E pour démission, N pour LOA et M pour congédier);
    • Les travailleurs sont obligés de cotiser au programme d’assurance-emploi et se sont vu injustement refuser l’accès au moment où ils en avaient le plus besoin; et
    • Les actions du gouvernement étaient censées être coercitives en imposant des difficultés financières comme conséquences du fait de ne pas être vacciné.

Nous, soussignés, citoyens et résidents du Canada, demandons au gouvernement du Canada de:

    1. Supprimer les nouveaux codes RE qui identifient les travailleurs non vaccinés sans exemption approuvée;
    2. Publier des données à l’aide des nouveaux codes RE indiquant le nombre de travailleurs touchés négativement par la décision de restreindre l’accès à l’assurance-emploi; et
    3. Autoriser l’admissibilité rétroactive aux prestations d’assurance-emploi à tous les travailleurs auxquels l’accès a été injustement refusé, et fournir un accès complet aux prestations pendant les périodes de chômage. 

Ce n’est que lorsque les Canadiens s’uniront pour défendre nos droits et libertés que nous reviendrons à la démocratie forte qui est notre héritage.

Le PHC du Canada prend cette position. Les générations futures dépendent de nous pour protéger les libertés dont nous avons hérité. Joignez aujourd’hui!



Download PDF Version

Share to Gab

Other Commentary by Vicki Gunn: