PHC

Communiqués

Les HSH et la science de la variole du singe

August 2, 2022 | Auteure: Rod Taylor   |   Le volume: 29    Le numéro: 31   |   Share: Gab | Facebook | Twitter   

Pour commencer, je dois préciser que l’acronyme HSH utilisé dans le titre fait référence aux : « hommes qui ont des rapports sexuels avec des hommes, » et non - comme vous l’avez peut-être supposé - aux médias grand public. Alors que les médias grand public financés par le gouvernement peuvent avoir une relation intime et incestueuse avec les gouvernements et divers groupes de pression LGBTQ, aux fins de cet article, nous parlons de cette partie de la population masculine qui se livre à des relations sexuelles avec d’autres hommes et souvent avec plusieurs partenaires.

La variole du singe est un virus qui a été découvert dans les années 1970 et a été un risque pour la santé relativement inconnu jusqu’à ce qu’il soit récemment lancé sur les premières pages par une épidémie alarmante à la suite de plusieurs grands rassemblements de HSH (« raves ») en Espagne et en Belgique et un grand événement de parade Gay aux îles Canaries qui a attiré une foule de 80 000.

Alors que les preuves sont accablantes que les HSH sont manifestement à risque de propager la variole du singe en raison de leurs contacts physiques étroits et de leurs multiples partenaires, les reportages sur cet aspect de l’épidémie ont été largement étouffés dans les médias grand public en raison des craintes de comportements sexuels « stigmatisants » que Les groupes de pression LGBTQ affirment qu’ils sont normaux, sains et dignes de l’approbation de la société. La même rhétorique « anti-stigmatisation » a fleuri pendant l’épidémie de sida/VIH, qui était en grande partie une épidémie parmi les homosexuels et les consommateurs de drogues partageant des seringues. À maintes reprises, on nous a dit que « le sida n’est pas une maladie homosexuelle » et que « n’importe qui peut attraper le VIH ». Cependant, les statistiques et la science derrière les statistiques soutiennent l’analyse originale : la promiscuité homosexuelle est un comportement à risque, ce que les défenseurs des LGBTQ répugnent à admettre.

Avec la variole du singe, le récit anti-stigmatisant a été ravivé, mais les faits sont les faits. Selon une étude publiée dans le Journal de Médecine « New England » (21 juillet 2022), 98% des sujets infectés par la variole du singe étaient des HSH. Dans une étude britannique, 151 des 152 patients atteints de la variole du singe qui ont rempli un questionnaire se sont identifiés comme HSH. Le patient restant n’a pas voulu répondre à la question. Un sous-ensemble de ce groupe (20 sur 152) a déclaré avoir eu des relations sexuelles avec 10 partenaires ou plus au cours des 3 mois précédents. Indépendamment de l’orientation, le simple nombre de contacts fournit des voies évidentes pour la propagation de la maladie. La variole du singe est connue pour se propager par contact peau à peau ainsi que par la literie et d’autres articles qui peuvent avoir été contaminés par des pustules drainantes.

Des organisations comme l’OMS et la CDC, qui ont joué un rôle si important dans la crise du COVID et qui ont vigoureusement promu le confinement, l’isolement et l’hygiène pour prévenir l’infection par ce virus, ont été réticentes à parler franchement des comportements sexuels à haut risque entre HSH. Comme on pouvait s’y attendre, ils ont encouragé la vaccination et la prudence. Ils ont suggéré – avec hésitation – de « réduire » le nombre de partenaires parmi les HSH et d’éviter les relations sexuelles avec les personnes connues pour être affectées (PDF). S’ils tenaient vraiment à arrêter la propagation de la variole du singe, ils prôneraient l’abstinence et à la fidélité, deux comportements peu courants dans les relations HSH.

Il est également à noter que le directeur de l’OMS, le général Tedros Adhanom Ghebreyesus, a pris la mesure « sans précédent » d’ignorer le comité consultatif spécial de son agence pour déclarer la propagation de la variole du singe une « urgence de santé publique de portée internationale. » Tedros Ghebreyseus n’est pas médecin, mais, en prenant cette décision, il a annulé le Comité consultatif d’urgence, qui avait voté 9 contre 6 contre la déclaration d’urgence. Tout cela alors que la mauvaise gestion et la mauvaise interprétation de la crise du COVID deviennent impossibles à ignorer, sauf pour les plus ardents partisans de l’agenda mondialiste.

En fin de compte, les voies de Dieu sont toujours les meilleures. Proverbes 14:12 nous avertit : Telle voie paraît droite à un homme, mais à la fin, elle mène à la mort. Il est temps que les gouvernements, les établissements de santé et les médias acceptent que la vision du monde en quête de plaisir et ignorante de Dieu qui a dominé notre société pendant des décennies ne peut pas nous protéger des conséquences du péché. Si nous voulons la santé physique, une société robuste et prospère et un chemin vers le bonheur pour nous-mêmes et nos proches, nous devons revenir à un mode de vie beaucoup plus conforme à la sagesse biblique.

Pour un engagement politique conforme à une vision biblique du monde, rejoignez le PHC du Canada.



Download PDF Version

Share to Gab

Other Commentary by Rod Taylor: