PHC

Communiqués

Les controverses COVID se sont poursuivies; Confinement coûteux et cures salvatrices

février 9, 2021 | Auteure: Rod Taylor   |   Le volume: 28    Le numéro: 6   |   Share: Gab | Facebook | Twitter   

Il s’agit de la 2ème partie d’une série en 2 parties. L’article de la semaine dernière portait sur l’innocuité et l’efficacité douteuses des vaccins Pfizer et Moderna actuellement distribués (ou non) au Canada. Cette semaine, nous examinerons à grands traits:

  • La violation disproportionnée et déraisonnable de nos droits et libertés garantis par la Charte
  • Le confinement sans précédent de l’économie canadienne
  • La réticence apparente des agences de santé publique à approuver ou à autoriser le traitement avec des médicaments existants disponibles et abordables

Confinement et isolement forcé de citoyens en bonne santé et respectueux des lois

Il y a un an, le COVID-19 est arrivé au Canada. La réponse du gouvernement a été lente au début, mais les inquiétudes ont augmenté à mesure que le nombre de cas et les décès augmentaient. Depuis, on a dit aux Canadiens de porter un masque, de se confiner et de faire confiance au gouvernement. Oui, le même gouvernement qui a dit au début: « gardez les frontières ouvertes » et « les masques ne fonctionnent pas ». Maintenant, ils veulent que nous en portions deux ou trois à la fois. Nous pouvons excuser les premiers faux pas, alors que nous savions tous très peu comment le COVID était transmis, à quel point il pourrait être mortel, quels traitements ou mesures de prévention pourraient être utilisés ou combien de temps une pandémie pourrait durer. Aucun de nous ne pouvait alors anticiper le confinement massif des entreprises et des églises, ni le coût économique de ces fermetures. Dans l’imposition effrénée de restrictions depuis lors, il semble que très peu d’attention ait été accordée aux coûts économiques et sociaux des confinements. Un an après le début de la crise, nous ne voyons aucune preuve que les décideurs ont appris de leurs erreurs. Pour une discussion approfondie des conséquences désastreuses et involontaires de ces violations de la Charte, lisez « Flying Blind (PDF) », un excellent article du Centre de justice pour les libertés constitutionnelles.

La grande histoire de la semaine dernière a été la détention illégale d’une citoyenne canadienne emmenée contre son gré de l’aéroport de Calgary en détention forcée dans - ce qui était alors - un endroit non divulgué. Nikki Mathis est arrivée des États-Unis avec un document prouvant qu’elle avait été testée négative au COVID avant de monter à bord de l’avion, mais elle était entourée d’agents de sécurité privés qui l’ont avertie que si elle refusait de les accompagner, elle serait arrêtée. On ne lui a pas dit où elle était emmenée. Les agents chargés de la détention (au téléphone) ont refusé de dire à son mari désemparé leurs noms ou où sa femme était emmenée. Ce sont des signes avant-coureurs d’un état policier.

Cette femme n’était pas une criminelle, mais sa sécurité de personne a été violée. De plus, on lui a dit qu’elle devrait payer 2 000 $ pour son séjour au centre d’isolement. Il s’est avéré qu’elle était détenue à l’hôtel Westin; il a été converti en installation de détention. Le gouvernement viole maintenant les droits garantis par la Charte aux citoyens canadiens.

Effondrement économique: l’erreur non forcée du Canada

Ce qui a commencé comme une crise sanitaire est maintenant devenu une crise de confiance, une crise économique et une crise pour les familles et les églises fracturées, dont les membres peinent à trouver un consensus sur la voie à suivre. La survie de la liberté elle-même est également menacée - même dans des pays comme le Canada qui ont longtemps défendu la liberté au pays et dans le monde. Nos braves soldats du siècle dernier ont saigné et sont morts pour protéger et préserver les libertés que nous avons - jusqu’à présent - tenues pour acquises. Ces libertés comprennent la liberté d’expression, la liberté d’association et la liberté de culte. . . et aussi la liberté de posséder et d’exploiter une entreprise, la liberté d’être un employé ou un employeur, de subvenir aux besoins de sa famille et de contribuer à l’économie.

Notre premier aperçu de l’impact des confinements « temporaires » remonte à avril dernier, lorsque le Canada a perdu deux millions d’emplois. La CBC a signalé que l’économie du Canada avait reculé de 5% en 2020. Cela ne commence pas à décrire les dommages causés. Ce n’est pas comme si les revenus de tout le monde avaient diminué de 5% (quelques grandes entreprises comme Amazon ont très bien réussi). C’est que des centaines de milliers d’individus et de familles, voire des millions, n’ont plus une source de revenus sûre. Les chèques du gouvernement ont fourni un palliatif à court terme, mais avec la baisse des recettes fiscales et l’augmentation des frais d’intérêt, ce filet de sécurité ne durera pas.

En plus du coup dur porté aux entreprises familiales et aux familles qui n’ont plus de revenu d’emploi, le Premier Ministre Trudeau a fait preuve d’une grande prodigalité de l’argent emprunté depuis un an et continuera sans aucun doute à le faire jusqu’à ce que les banquiers internationaux ferment les robinets. Les intérêts et les frais de remboursement de ces dépenses imprudentes seront répercutés sur les générations futures.

Dans le monde, 2,3 millions sont morts du COVID (sur la base des chiffres officiels) mais la grande majorité - 77,5 millions - se sont rétablis. On estime que les confinements dans les pays industrialisés - pas le coronavirus - entraîneront la famine de 130 millions de personnes supplémentaires. Les responsables de la santé publique évaluent-ils vraiment les risques et les avantages des confinements? Le remède est-il pire que la maladie?

Thérapies potentielles rejetées; Pourquoi?

L’une des plus grandes tragédies de l’année écoulée a été l’incapacité des gouvernements fédéral et provinciaux à fournir des informations exactes sur deux traitements potentiels qui auraient pu sauver de nombreuses vies. Ne désespérez pas; Il y a de l’espoir.

L’ivermectine et l’hydroxychloroquine sont utilisées en toute sécurité depuis des décennies: l’ivermectine en tant qu’antiparasitaire et l’hydroxychloroquine en tant qu’antipaludique. Certains médecins d’autres pays les utilisent pour traiter le SRAS-COV-2 (COVID-19) et ils affirment avoir eu un taux très élevé de prévention de l’infection par le COVID ou de traitement réussi, en particulier dans les premiers stades. Certains pays où ils sont largement utilisés ont eu des taux de mortalité bien inférieurs à ceux du Canada et des États-Unis. En janvier, la Slovaquie est devenue le premier pays de l’UE à approuver l’utilisation de l’ivermectine contre le COVID. Jusqu’à présent, le Canada n’a pas emboîté le pas. Je ne suis pas médecin et je ne donne pas de conseils médicaux à mes lecteurs. . . mais je donne des conseils politiques à Justin Trudeau et à Theresa Tam: veuillez examiner ces preuves convaincantes et permettre aux médecins canadiens de commencer à utiliser ces médicaments sûrs et abordables, du moins pour tester la théorie. Nous ne pouvons pas ramener ceux que nous avons perdus, mais peut-être pouvons-nous réduire les décès par COVID en 2021.

Il y a, bien sûr, ceux qui contesteront cette information, y compris « Big Tech », « Big Media », « Big Gouvernement » et « Big Pharma ». Ils ont déjà censuré et discrédité les médecins de première ligne américains pour avoir contesté le récit officiel. Ceux qui tentent de contrôler le virus avec des masques et l’isolement veulent que tout le monde croie que les vaccins expérimentaux sont notre seul espoir. Nous ne pouvons pas simplement supposer que le récit traditionnel est correct. La majorité n’a pas toujours raison.

Considérez ceci: dans les années 1800, le Dr Ignaz Semmelweiss a déduit que les 10 à 15% des femmes décédant après l’accouchement mouraient d’infections. . . parce que les médecins pratiquaient des autopsies sur des cadavres et ne se lavaient même pas les mains avant d’accoucher. Il a été ridiculisé par le corps médical pour sa théorie, en dépit du fait que sa pratique du lavage des mains a réduit la mortalité maternelle de plus de 10% à environ 1%. Il fut rejeté par la plupart des médecins et des institutions médicales et mourut dans un hôpital psychiatrique en 1865 à l’âge de 47 ans. Les micro-organismes n’avaient pas encore été découverts mais le Dr Semmelweiss avait institué une pratique scripturaire qui avait depuis sauvé d’innombrables vies. Nous lui devons tous un vote de remerciement pour avoir pris la parole lorsque la majorité a tenté de le faire taire.

VEUILLEZ regarder ces deux courtes présentations vidéo du Dr Christy Risinger et du Dr Pierre Kory. (Lisez l’article et faites défiler la vidéo vers le bas). Ne me croyez pas sur parole. Écoutez ce qu’ils ont à dire et tirez vos propres conclusions. Le Canada ne peut pas confiner définitivement; nous devons trouver d’autres moyens de protéger les plus vulnérables, dans ce cas-ci, ceux des soins de longue durée (SLD). Faisons pression sur nos élus pour qu’ils reviennent à la planche à dessin. Ce qu’ils font ne fonctionne pas.

Le PHC du Canada continuera de faire pression sur les gouvernements fédéral et provinciaux pour qu’ils mettent fin aux confinements répressifs, aux amendes et aux détentions et à concentrer notre attention sur la protection des plus vulnérables, tout en développant et en fournissant des thérapies sûres et efficaces.



Download PDF Version

Share to Gab

Other Commentary by Rod Taylor: