PHC

Communiqués

Inspirés des mythes

January 28, 2020 | Auteure: Rod Taylor   |   Le volume: 27    Le numéro: 4   |   Share: Gab | Facebook | Twitter   

Les mythes peuvent être définis comme « des croyances ou des suppositions largement répandues qui ne sont pas vraies dans les faits ». Ce que les gens croient (vrai ou faux), guide leur réflexion et contribue à leur compréhension unique du monde. La vision du monde d’une personne affecte généralement ses choix : se marier ou non, quoi lire, à quelles activités consacrer du temps, comment dépenser son argent et comment voter.

Nous, au 21e siècles (comme les générations précédentes), sommes affectés par une multitude de mythes omniprésents, y compris ceux que nous ne croyons pas nous-mêmes... parce que les croyances qui guident les décisions de nos concitoyens les poussent à agir de manière à façonner nos institutions sociales, nos écoles, nos tribunaux et nos lois. La plupart des gens veulent prendre des décisions éclairées basées sur des faits. Lorsque les mythes sont pris pour des faits, ceux qui prennent des décisions sont mal informés ou inspirés par des mythes.

Il existe de nombreux mythes dans la société, certains propagés par les médias, certains par le système éducatif, certains par des campagnes publicitaires efficaces. Voyons quelques-uns de ces dangereux mythes qui ont un impact sur notre nation.

Il est impossible dans ce court article de donner à l’un de ces mythes la discussion qu’elle mérite. De nombreux Canadiens adoptent des politiques fondées sur des hypothèses; ils croient que les opinions qu’ils entendent aux informations, en classe et de leurs semblables sont basées sur des faits historiques ou scientifiques. Les opinions fondées sur des mythes sont si souvent répétées dans les chambres d’écho de la gauche qu’elles semblent être vraies. Voyons quelques-uns de ces mythes (bien sûr, il y en a beaucoup d’autres).

Mythes sur l’avortement

L’avortement n’a jamais été un droit garanti par la Charte, comme certains le prétendent, y compris notre premier ministre actuel. Même la Cour suprême qui a annulée la loi en 1988, a déclaré que le Parlement avait un intérêt légitime à protéger l’enfant à naître. Le Parlement ne l’a pas fait. Un autre mythe sur l’avortement est que l’avortement est « sûr ». De toute évidence, ce n’est jamais sans danger pour le bébé, mais les femmes qui subissent un avortement sont également en danger; elles font face à un risque plus élevé de cancer du sein, de dépression, de suicide, d’infertilité et même de décès.

Mythes liés au genre

Il existe de nombreux mythes sur le genre promus par les militants LGBTQ et leurs alliés philosophiques. Ils insistent sur le fait que l’homosexualité ou le lesbianisme sont des caractéristiques normales, saines et inhérentes équivalentes à la race, au sexe biologique (à la naissance), etc. Ils affirment être les victimes de la haine homophobe endémique, alors qu’ils manifestent eux-mêmes (beaucoup, pas tous) la haine et l’intolérance les plus virulentes pour ceux qui ne sont pas d’accord avec eux. Ils revendiquent le droit de pousser leur agenda sur les jeunes écoliers contre la volonté des parents tout en essayant de rejeter tout effort pour empêcher de présenter la vérité biologique et biblique que « Au début, Dieu les a faits hommes et femmes ».

Mythes sur le CO2 et les changements climatiques

Beaucoup supposent que tous les scientifiques conviennent que le CO2 libéré par l’humanité par la combustion de carburants à base de carbone (y compris le bois, le charbon et les dérivés du pétrole et du gaz) est le facteur causal des principaux changements climatiques en cours de nos jours. Autrefois appelé « réchauffement climatique », le changement climatique comprend désormais les inondations, les tornades, les ouragans, la fonte des glaces polaires, les incendies de forêt étendus, même les volcans et les tremblements de terre. Tous ces événements sont imputés à l’utilisation par l’homme de « combustibles fossiles ». Premièrement, tous les scientifiques ne sont pas d’accord. Deuxièmement, la terre a connu de nombreux événements cataclysmiques dans le passé, notamment des inondations, des périodes glaciaires et des périodes de réchauffement climatique, bien avant la découverte de pétrole dans le sol. L’alibi du CO2 est une réponse à la pression des pairs et à la répétition constante du récit. L’impact réel du CO2 sur le climat n’est pas prouvé. Ce mythe est le moteur de la prise de décision au pays et à l’étranger. Il existe de nombreuses préoccupations environnementales légitimes : le rejet d’effluents et d’émissions toxiques, la perte de terres agricoles pour les routes et le développement industriel, le colmatage de nos océans avec des déchets plastiques, la surutilisation de pesticides et d’autres produits chimiques artificiels. Nous devons nous concentrer sur ceux-ci, et non sur le CO2, un gaz naturel bénéfique dont les plantes ont besoin.

Les mythes sur l’origine et la signification de la vie

L’origine des espèces de Charles Darwin a fait un tort inestimable à notre société et les principes de sa religion anti-Dieu continuent d’être enseignés dans les écoles publiques à travers le pays. Si l’univers est sans cause et que l’homme n’est plus qu’une collection aléatoire d’atomes (d’où viennent-ils?), Alors il n’y a aucune base pour le caractère sacré de la vie humaine, l’institution du mariage et de la famille, la tenue des contrats ou la protection de la propriété. Accepter des origines sans cause conduit au chaos moral. Les nazis et les communistes ont tous deux fondé leur politique sur la « survie des plus aptes » sans égard pour les valeurs chrétiennes. Les théories de Darwin ont des trous béants mais sont bien conservées et enseignées parce que l’alternative est la création divine et la conception intelligente. Cela impliquerait un code moral et une responsabilité personnelle.

Le week-end dernier, nous avons commémoré 75 ans depuis la libération d’Auschwitz et il nous a été rappelé les horreurs possibles lorsque les gens sont conditionnés à croire un faux récit. Aujourd’hui, les survivants de l’holocauste craignent que l’histoire ne se répète. La montée de l’antisémitisme est à nouveau une préoccupation réelle, tout comme le déni par notre gouvernement de la personnalité de l’enfant à naître. Les chambres de la mort à Auschwitz peuvent être comparées aux cliniques d’avortement d’aujourd’hui qui, en raison des mythes de notre époque, ont fait de l’utérus l’endroit le plus dangereux au monde pour les bébés canadiens.

Il existe de nombreux autres mythes affectant l’opinion publique et les motifs de vote. La première est que la Constitution du Canada interdit aux valeurs chrétiennes d’influencer les politiques gouvernementales. Ces mythes ont sapé l’état de droit et le respect que nous devons tous avoir pour chaque être humain.

Voici quelque chose qui n’est pas un mythe : vous pouvez faire la différence! Veuillez vous joindre à nous pour exposer les mythes de la modernité et reconstruire cette nation sur la base de la vérité!



Download PDF Version

Share to Gab

Other Commentary by Rod Taylor: