PHC

Communiqués

Échec enrichissant

November 1, 2022 | Auteure: Rod Taylor   |   Le volume: 29    Le numéro: 44   |   Share: Gab | Facebook | Twitter   

Dans son court roman bien connu, Animal Farm, George Orwell décrit la transformation progressive d’une société collective (une ferme imaginaire reprise et gérée par les animaux qui étaient auparavant la propriété de Farmer Jones). Le livre est une allégorie montrant comment les idéaux utopiques (en particulier ceux vantés par les partisans du communisme) peuvent être modifiés au fil du temps en un ensemble de normes complètement différent. Ce thème est porté à sa conclusion logique lorsque la simple phrase « Tous les animaux sont égaux » est modifiée pour se lire : « Tous les animaux sont égaux, mais certains animaux sont plus égaux que d’autres. »

Cette vérité sur la tromperie de la nature humaine et sa tendance à compromettre les principes à des fins personnelles - en particulier lorsqu’on lui accorde un pouvoir autoritaire - se manifeste de façon dramatique de nos jours. En 2020, on nous a assuré que « nous sommes tous dans le même bateau, » et nous avons entendu à plusieurs reprises les demandes (formulées comme des appels) de faire des sacrifices pour le plus grand bien, d’« aplatir la courbe » et de « passer à travers cela ensemble. »

Ce qui s’est réellement passé au cours des deux années qui ont suivi, c’est que de nombreux Canadiens travailleurs et contribuables ont perdu leur emploi. D’autres ont vu leurs horaires raccourcis. Certains propriétaires de petites entreprises ont été contraints de fermer, de réduire considérablement leurs activités ou de contracter des prêts d’exploitation simplement pour survivre. Tout cela dans un contexte d’incertitude et de mesures restrictives. Les taxes sur le carbone ont augmenté. Le prix de tout ce qui est livré par camion, bateau ou avion a naturellement suivi, puisque tous ces modes de transport consomment des carburants à base de carbone et sont soumis à des taxes sur le carbone. Les agriculteurs (dont nous dépendons tous pour nous nourrir) ont également été touchés par l’augmentation des coûts du carburant et des engrais. Les taux d’intérêt ont augmenté (et continuent d’augmenter), affectant les constructeurs et les acheteurs de maisons. Qu’en est-il de l’élite politique, ceux qui décident pour nous tous ? Oui, ceux qui n’arrêtaient pas de nous répéter que « nous sommes tous dans le même bateau. »

Les hauts responsables du gouvernement ont non seulement pu traverser cela sans se soucier de la sécurité de l’emploi ; peu, voire aucun, ont perdu leur emploi (à l’exception de ceux qui ont été licenciés sans assurance-emploi pour avoir refusé de se conformer aux mandats de vaccin). Il n’y a pas eu non plus de réductions de salaire dans le service fédéral; dans de nombreux cas, les bureaucrates du gouvernement ont reçu des augmentations et des primes. Pour quelle raison? Le système de santé du Canada s’effondrait, les prix montaient en flèche et l’inflation était à la hausse. Les primes sont généralement accordées en récompense d’un travail acharné et de la réalisation d’objectifs difficiles et valables, et non pour superviser la destruction de l’économie.

En avril 2021, les députés se sont accordés, ainsi qu’à tous les sénateurs (par défaut), une augmentation de salaire de 3 200 $ (à ajouter aux 182 656 $ qu’ils gagnaient déjà) et n’ont jamais sourcillé. Le salaire du Premier Ministre Trudeau de 365 200 $ a augmenté de 6 400 $. Cela ne ressemble pas aux actions d’élus responsables qui cherchent à donner l’exemple, à faire des sacrifices et à montrer que « nous sommes tous dans le même bateau. »

Et maintenant, on nous dit que l’Alliance de la Fonction publique du Canada, le principal syndicat représentant les employés fédéraux, veut une augmentation de salaire de 14 % au cours des trois prochaines années. Ils disent qu’ils vont faire la grève s’ils ne l’obtiennent pas. Où est leur vérification de la réalité ? Où est l’esprit de sacrifice et « nous sommes tous dans le même bateau? » Mais je suppose que s’ils se tournent vers nos députés et le Premier Ministre pour s’inspirer, ils ne font que suivre leurs traces.

Au PHC, nous réalisons qu’il y a un besoin de sacrifice personnel. Notre nation est en grande difficulté, à la fois économiquement et moralement. Ce n’est que lorsque les dirigeants du Canada et les gens qui les ont élus reconnaîtront notre besoin de la direction et de l’aide de Dieu que nous pourrons redresser le navire.

Si vous souhaitez faire partie de la solution, rejoignez le PHC aujourd’hui.



Download PDF Version

Share to Gab

Other Commentary by Rod Taylor: