PHC

Communiqués

Droits de la Charte violés; Pasteur dans les chaînes

février 19, 2021 | Auteure: Rod Taylor   |      |   Share: Gab | Facebook | Twitter   

Qui aurait pensé que nous verrions le jour où un pasteur canadien serait enchaîné, simplement pour avoir prêché à son troupeau? Malheureusement, ce jour est arrivé. Le pasteur James Coates de l’église « Grace Life » à Spruce Grove, en Alberta (juste à l’ouest d’Edmonton), a été arrêté et reste en détention pour avoir fait ce que les pasteurs canadiens ont toujours fait: prêcher aux fidèles dans le sanctuaire de l’église.

Il a prêché le 14 février, a été arrêté le 16 février et, lors de l’enquête sur sa mise en liberté sous caution le 17 février, on lui a dit qu’il ne serait libéré qu’aux conditions suivantes: il devrait arrêter de prêcher et ne serait pas autorisé à entrer dans le bâtiment de l’église. Il n’a pas voulu accepter ces conditions et a donc été emmené menotté.

Cela me rappelle l’image des apôtres et d’autres à travers l’histoire qui ont reçu l’ordre de ne pas prêcher; Le pasteur Coates est en bonne compagnie lorsqu’il indique qu’il a l’intention d’être fidèle à son appel et d’obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes, malgré la pression des autorités gouvernementales. Pierre et Jean, Paul et Silas, et beaucoup depuis lors, ont compris la valeur vitale du ministère et ont refusé d’obéir aux ordres des autorités civiles lorsque ces ordres entraient en conflit avec l’obéissance à la Parole de Dieu. Bien sûr, la raison donnée pour ces ordres de santé COVID est unique, mais le résultat est le même: les croyants et les incroyants se verraient refuser la possibilité de se rassembler pour le culte, la prière et l’enseignement en personne.

« Grace Life Church » a publié une explication très bien écrite de leurs actions et des actions du pasteur Coates. Cela vaut la peine d’être lu. Nous savons que de nombreuses églises et congrégations ont adopté une approche différente des restrictions COVID sur les rassemblements d’églises, mais quelles que soient vos pensées sur ces choses, l’explication de « Grace Life Church » transmet vraiment leur profond sentiment de responsabilité envers le troupeau et l’Évangile. Comme la plupart des églises, « Grace Life » a suivi attentivement les restrictions COVID imposées au début de l’épidémie. Ils ont appris beaucoup plus sur le virus depuis lors, comme nous l’avons tous.

Au cours des derniers mois, les enjeux sont de plus en plus importants pour les églises qui continuent de garder leurs portes ouvertes pour les services de culte en personne. Des amendes ont été imposées à des pasteurs, des églises et des fidèles dans le passé, mais c’est la première fois que je me souviens qu’un pasteur au Canada a été enfermé simplement pour prêcher dans sa propre église. Cette fois, c’était à cause d’un ordre sanitaire. La raison invoquée la prochaine fois pourrait être différente. Il se peut qu’un agent du gouvernement trouve un passage biblique offensant. Il se peut qu’un pasteur conseille un paroissien contrairement à une interdiction de « thérapie de conversion » . . . ou une autre plainte.

Nous appelons le pouvoir judiciaire de l’Alberta à libérer le pasteur Coates sans conditions. Nous demandons au gouvernement fédéral de protéger nos droits que Dieu nous a donnés, qui sont définis dans la Charte canadienne des droits et libertés. Le Centre de justice pour les libertés constitutionnelles représente le pasteur Coates. Que le Seigneur leur accorde le succès! Priez pour le pasteur Coates, pour sa famille et pour l’église canadienne. La Bible nous dit que « tous ceux qui vivent pieusement subiront la persécution ». Nous avons plus que jamais besoin de la sagesse de Dieu en ces jours.

Le PHC se tient bras dans le bras avec tous ceux qui défendent nos libertés: liberté d’expression, de réunion, de mouvement, de culte, de conscience et d’association. Nous vous encourageons à vous joindre à nous pour défendre la liberté!



Download PDF Version

Share to Gab

Other Commentary by Rod Taylor: