PHC

Communiqués

Dissiper les illusions

March 29, 2022 | Auteure: Rod Taylor   |   Le volume: 29    Le numéro: 13   |   Share: Gab | Facebook | Twitter   

Une personne qui est trompée ne le sait pas. C’est la nature de l’illusion. Il ou elle peut se leurrer ou être délibérément trompé(e) par les autres. Jusqu’à ce que cette personne accepte de nouvelles informations qui exposent l’illusion, elle continuera à croire un mensonge et à agir en conséquence. La semaine dernière, les Canadiens ont eu une illusion dissipée. Ils ont découvert que ce qu’ils pensaient être deux partis politiques n’étaient en fait qu’un seul mouvement avec deux têtes ostensibles. Lorsque Jagmeet Singh et Justin Trudeau ont annoncé leur intention de travailler en étroite collaboration pour mettre en œuvre la plate-forme socialiste dont ils ont tous deux fait la promotion, cela n’aurait pas dû surprendre. Cela a simplement officialisé le fait qu’ils sont tous les deux si loin à gauche que leur coopération peut maintenant être supposée.

L’annonce (vraisemblablement en cours depuis un certain temps) expliquait l’approbation tacite donnée par Singh et ses fidèles partisans à l’utilisation brutale et sans précédent par le Premier Ministre de la loi sur les mesures d’urgence pour étouffer les manifestations pacifiques concernant les mandats de vaccination. Le NPD a toujours prétendu représenter « le petit gars », l’homme ou la femme qui travaille, le droit de manifester et la protection des droits des minorités. Le parti s’est maintenant transformé par degrés successifs en un parti appelant à la conformité forcée, à la punition de la dissidence, à la privation d’une procédure régulière et à une répression brutale. L’ironie semble avoir été perdue sur les députés trompés qui s’alignent maintenant sur leur ancien adversaire politique.

Ainsi, avec une annonce surprise, M. Trudeau et M. Singh ont désabusé les Canadiens d’une perception erronée à laquelle, jusqu’à ce moment-là, ils avaient tous deux donné foi. Nous savons maintenant qu’à toutes fins utiles, nous avons un gouvernement majoritaire capable d’imposer à toute vapeur toutes les politiques d’ingénierie sociale erronées, inabordables et dangereuses qu’ils peuvent concocter. On ne sait pas si les députés des deux partis ont soutenu cette décision. Mais maintenant, les cartes sont sur la table, et les électeurs canadiens qui ont des inquiétudes avec l’un ou l’autre parti sont avertis qu’ils sont sur le point d’avoir le pire des deux.

Au cours de la semaine dernière, une autre illusion a été brisée, le mythe selon lequel notre PM est partout aimé et adoré. Sa mauvaise gestion du convoi de la liberté des camionneurs n’est pas passée inaperçue en Europe. Des membres du Parlement de l’Union européenne ont publié des dénonciations cinglantes de la répression brutale du Premier Ministre contre des manifestants pacifiques.

Ces illusions, cependant, semblent plutôt mineures par rapport à deux tromperies majeures - propagées par les dirigeants des deux partis mentionnés ci-dessus - si flagrantes qu’on ne peut que secouer la tête en signe d’incrédulité qu’elles aient influencé l’opinion publique. Le premier est la question derrière le drame qui se joue actuellement aux États-Unis sur la participation des hommes biologiques aux sports féminins. La question est vraiment de savoir si la définition du mot « femme » a un sens réel ; le mensonge de plus en plus perpétré par le gouvernement et les médias (et même, tragiquement, dans les classes de maternelle) est qu’une « femme » ne peut plus être définie comme une « personne de sexe féminin adulte », mais cette catégorie doit désormais inclure des individus qui se trompent d’eux-mêmes et qui préfèrent être considérées comme des femmes. Partout dans le monde, des femmes et des filles perdent des compétitions sportives au profit d’hommes biologiques qui prétendent être des femmes, comme l’athlète masculin qui s’appelle désormais Lia Thomas. C’est ridicule à première vue.

La juge Ketanji Brown Jackson, actuellement à l’étude pour un poste à la Cour suprême des États-Unis, a déclaré qu’elle était incapable de définir le mot « femme ». Ceux qui ont prêté attention à ses audiences au Sénat comprennent qu’elle n’était vraiment pas disposée - pas incapable - de définir le mot, de peur de s’aliéner la foule LGBT ou les Américains de bon sens qui comprennent instinctivement qu’il n’est pas nécessaire d’être biologiste pour comprendre la distinction entre masculin et féminin. Fait intéressant, le juge Jackson est en lice pour le poste élevé de juge de la Cour suprême parce que le président Joe Biden a pris la décision publique de déclarer que la prochaine personne nommée à la Cour suprême serait une « femme noire ». Et si, juste pour le plaisir de la discussion, un juge noir respecté s’était soudainement déclaré être une « femme » et avait occupé le devant de la scène lors des audiences du Sénat ? Ce n’est pas tout à fait un scénario inimaginable dans la société confuse d’aujourd’hui. Mais c’est un mensonge, une tromperie qu’il faut mettre au lit. Seule la peur de la honte de la foule « réveillée » empêche plus de gens de l’appeler mensonge.

Le deuxième gros mensonge a à voir avec le récit public approuvé par le gouvernement sur les vaccins expérimentaux à ARNm que les agents de santé publique, les Premiers Ministres et le Premier Ministre (ainsi que son nouveau partenaire de travail, M. Singh) continuent de dire comme étant « sûrs et efficaces ». La preuve contraire est évidente. L’élément de preuve le plus étonnant réfutant l’efficacité est le fait que le PM entièrement vacciné a affirmé avoir contracté le COVID (une affirmation que je ne peux ni vérifier ni contester). Mais si lui ou toute autre personne entièrement vaccinée peut être infectée, la conclusion est évidente : les vaccins ne fonctionnent pas. Bien sûr, s’il n’avait pas réellement de COVID mais utilisait simplement cela comme une excuse, espérant que les camionneurs s’en iraient, alors il mentait et cela remettrait en question tout ce qu’il dit sur quoi que ce soit. Il a été récemment annoncé qu’Hillary Clinton, entièrement vaccinée, a également reçu un diagnostic de COVID. Ces deux personnes ne sont que quelques-unes des personnes les plus importantes qui prouvent que les vaccins à ARNm ne préviennent pas l’infection ou la transmission. Il existe un grand nombre de personnes moins connues ayant la même expérience. Les vaccins ne fonctionnent pas. Pourtant, de bons Canadiens qui ont refusé de se conformer aux ordres du gouvernement sont empêchés de prendre l’avion et ont été renvoyés de leur emploi. Tout est basé sur un mensonge, une illusion.

Selon le facteur de sécurité, il suffit de visiter le site « VAERS (Open Vaccine Adverse Event Reporting System) » compilé à partir des données officielles du « Center for Disease Control (CDC) » pour voir que l’affirmation selon laquelle les vaccins sont « sûrs » est également un mensonge. Des milliers de personnes sont mortes des vaccins et des centaines de milliers ont été blessées. Mais les responsables gouvernementaux continuent de pousser l’illusion et d’ignorer les faits. Lorsque la politique publique est fondée sur des mensonges et que les médias financés par l’État contribuent aux illusions, les Canadiens ont le droit et le devoir de contester ces mensonges et de dissiper ces illusions.

La Bible dit : « Vous connaîtrez la vérité et la vérité vous affranchira. Être privé de la vérité ou la nier délibérément est la voie vers la tyrannie pure et simple. Il ne faut pas continuer dans cette voie.

Le PHC du Canada ne fermera pas les yeux sur la vérité, qu’il s’agisse de biologie, de microbiologie ou de positions politiques. La vérité est la vérité ! Les mensonges sont des mensonges! Alignez-vous sur la vérité aujourd’hui, rejoignez le PHC du Canada.



Download PDF Version

Share to Gab

Other Commentary by Rod Taylor: