PHC

Communiqués

Débat politique ou racisme?

April 28, 2020 | Auteure: Peter Vogel   |   Le volume: 27    Le numéro: 17   |   Share: Gab | Facebook | Twitter   

Deux candidats au leadership conservateur ont récemment fait des déclarations avec une connexion chinoise; l’un a rapidement été qualifié de raciste, l’autre. . . pas encore. Mais quelle est la vérité sur ce sujet?

Erin O’Toole, bien qu’il ne soit pas un conservateur social, a fait valoir de bons arguments en tant qu’anti-mondialiste. Un bon exemple de cela est son récent article sur une possible «guerre froide avec la Chine». Une guerre avec la Chine? N’est-ce pas raciste? Les médias grand public n’ont pas encore crié «racisme» à ce sujet…

Derek Sloan, un autre candidat à la direction, avait demandé que Theresa Tam soit licenciée. Maintenant, il a été qualifié de raciste parce que Dre Tam est chinoise. Le premier ministre a fait le lien avec le racisme dans une réponse à une journaliste, mais en réalité, c’est la journaliste — Molly Thomas de CTV — qui a fait l’allégation. Le Premier Ministre a introduit le racisme dans sa réponse, mais Molly Thomas l’a insinué dans sa question en jetant à l’appel de Sloan à la démission de Tam quelques incidents complètement indépendants en Colombie-Britannique.

Voici sa question: «… nous avons vu un pic de violence anti-asiatique dans différentes parties de notre pays. En Colombie-Britannique, un homme âgé atteint de démence a été expulsé d’un magasin par un assaillant qui a fait des remarques sur COVID-19, nous avons maintenant un « candidats » à la direction du parti conservateur qui demande le licenciement de Dre Tam et l’accuse d’être de mèche avec l’OMS et la Chine. Quel est votre message aux Canadiens lorsqu’ils voient cela? »

Un politicien doté d’un sens aigu de la justice et de l’équité aurait reproché à la journaliste d’avoir confondu une accusation de conflit d’intérêts avec le racisme. Le Premier Ministre Trudeau ne l’a pas fait. Il a profité de la question pour dispenser des enseignements aux Canadiens sur l’intolérance et le racisme; il est même allé jusqu’à dire: «Nous devons continuer dans notre détermination à être un pays ouvert, accueillant et respectueux. Et je pense que tous les Canadiens attendent cela de tous les politiciens. » Chaque politicien, hein? Y compris lui-même? Ses propres méfaits stupides font que l’exhortation sonne creux.

M. Sloan, comme le PHC et bien d’autres, ont demandé à Dre Tam de démissionner ou d’être licencié en raison de son rôle consultatif auprès de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), et non en raison de son appartenance ethnique. Les accusations banales de racisme dévalorisent ceux qui ont subi une véritable injustice raciale. Quelle que soit la victime, les auteurs de violences et de racisme doivent être traduits en justice. Ce n’est pas le problème ici. La défense de Dre Tam par le gouvernement semble être: “accuser les accusateurs de racisme” plutôt que d’affronter les problèmes.

Mais revenons à Erin O’Toole; son article dans le « National Post » est réfléchi et mérite d’être pris en considération (que vous souteniez ou non ses aspirations à la direction). Il met en garde contre les ambitions de la Chine d’accroître son contrôle mondial.

La critique de la Chine doit être faite avec une mise en garde: s’agit-il de la critique du peuple chinois (qui pourrait en effet être raciste) ou de la critique du Parti communiste chinois (PCC), qui gouverne la Chine comme une dictature? Critiquer le PCC, ce n’est pas être raciste, c’est s’opposer à une dictature qui ne respecte pas la vie privée ou la vie des citoyens chinois, ni des citoyens des autres nations. M. O’Toole critique clairement le communisme et le PCC - mais on peut se demander si un journaliste mesquin va bientôt essayer de le peindre comme raciste.

En effet, M. O’Toole souligne dans son article que le PCC utilise son influence internationale pour faire paraître la critique d’elle «déraisonnable» ou «sinophobe» (raciste contre les Chinois).

Ce que nous pouvons apprendre de notre situation actuelle avec COVID-19, c’est que la Chine est très préoccupée par son image publique dans le monde et utilise de nombreuses tactiques pour essayer d’améliorer son image – certaines sont dures et d’autres sont douces.

Les citoyens chinois qui ont essayé de dire au monde ce qui se passait réellement avec le virus en Chine ont disparu très rapidement. Qu’est-ce qu’il leur est arrivé? Ils sont (très probablement) victimes d’un gouvernement totalitaire qui ne voulait pas que des informations préjudiciables à l’intérieur de ses frontières s’échappent. C’est l’une des mesures sévères de la Chine.

Afin de se présenter comme généreuse et compatissante, la Chine a fait don de masques et d’autres équipements de protection individuelle pour aider les pays confrontés au virus (bien que cette générosité soit de faible niveau avec l’Italie). Le fait que certains EPI chinois se soient révélés défectueux n’est pas non plus réellement un facteur de confiance, mais ils essaient de présenter un côté plus doux.

Si COVID-19 réveille le monde à la violation par le PCC des droits humains fondamentaux en Chine et à leur traitement insouciant de la vérité, il devrait s’ensuivre que le Canada (et, espérons-le, d’autres pays) exigera que la Chine respecte les droits humains fondamentaux. Il devrait y avoir au moins une pression croissante des côtés diplomatiques et économiques. Le Canada devrait confronter la Chine au sujet de la détention des Canadiens Michael Spavor et Michael Kovrig qui sont détenus sans motif depuis plus de 500 jours. Cela ne devrait pas être comme d’habitude avec la Chine!

Le Parti de l’Héritage Chrétien croit que la liberté, la vérité et la justice sont liées et chacune est de la plus haute importance. Nous pensons que nos partenaires commerciaux devraient adhérer aux normes fondamentales des droits de l’homme si nous voulons continuer à faire du commerce avec eux.

Veuillez-vous joindre à nous et devenir membre si vous n’avez pas encore franchi cette étape. Votre liberté compte.



Download PDF Version

Share to Gab

Other Commentary by Peter Vogel: