PHC

Communiqués

Dans tout travail, il y a du profit

September 5, 2023 | Auteure: Taylor   |   Le volume: 30    Le numéro: 36   |   Share: Gab | Facebook | Twitter   

En cette semaine de la fête du Travail, il est bon pour nous de réfléchir à la valeur du travail et à la bénédiction que cela représente de pouvoir gagner notre vie, contribuer à la société et grandir dans notre compréhension de nos semblables. Il est ironique que le jour de la fête du Travail, la plupart des travailleurs canadiens (pas tous, loin de là) n’occupent pas leur emploi rémunéré habituel. Ceux qui bénéficient d’un jour de congé apprécient une journée supplémentaire pour se reposer de leurs travaux de routine. . . même si ce temps est utilisé dans d’autres activités à forte intensité de main d’œuvre : tondre la pelouse, couper du bois de chauffage ou peindre une pièce.

La Bible dit : « Dans tout travail il y a du profit. » Le travail prend de nombreuses formes, tout comme le profit. Les agriculteurs, les pêcheurs, les bûcherons et les charpentiers savent ce que signifie utiliser leurs mains et solliciter leurs muscles pour produire un produit utilisable et vendable. Leurs tâches quotidiennes sont bien entendu désormais facilitées ou plus efficaces grâce à l’utilisation de la technologie moderne ; Pourtant, ils fonctionnent en grande partie dans le monde physique, déplaçant les objets, martelant, façonnant, coupant, arrosant, séparant, etc. D’autres gagnent leur vie dans ce qui est désormais devenu un monde numérique, travaillant avec des chiffres et des mots. Les avocats, les comptables, les vendeurs et les hommes politiques pourraient entrer dans cette catégorie. Même s’ils ne dépensent pas autant d’énergie physique que le premier groupe, ils travaillent quand même et produisent quelque chose de valeur : un jugement de justice satisfaisant, un bilan, l’accès à la nourriture et aux vêtements et des lois qui profitent à nos citoyens.

Bien entendu, tous ces travaux peuvent être mal réalisés. La paresse et la cupidité peuvent conduire à des produits de mauvaise qualité. La Bible nous appelle à utiliser des poids et mesures honnêtes. Un menuisier qui prend des raccourcis ou utilise des matériaux de qualité inférieure ou un agriculteur qui ne récolte pas au moment idéal peut vendre un produit décevant pour l’acheteur et entacher la réputation du producteur. De même, un comptable qui essaie de « truquer les comptes », un vendeur qui utilise de la publicité mensongère ou un homme politique qui élabore une loi injuste pour son gain personnel sont tous coupables d’avoir abusé du principe « une journée de salaire honnête pour une journée de travail honnête. »

Jusqu’à récemment, « l’éthique du travail » faisait partie intégrante de notre réussite matérielle dans le monde occidental, au même titre que la liberté personnelle, les valeurs familiales fortes et le respect de la propriété privée. Dans ce cadre, ceux qui travaillent avec diligence ont pu jouir d’un style de vie sans crainte du besoin. Ceux qui gagnent régulièrement un chèque de paie ont pu payer leur loyer ou leur hypothèque, acheter des aliments nutritifs, épargner pour les jours de pluie et même acheter des articles de luxe occasionnels : des appareils électroménagers plus récents, des divertissements ou des vêtements pour des occasions spéciales.

La Bible encourage le travail acharné et déclare que « l’ouvrier est digne de son salaire. » Mais dernièrement, certains en sont venus à considérer le travail comme une mauvaise chose . . . à éviter si possible. Ils font pression pour des résultats égaux pour les familles et les individus, quels que soient les efforts. Ils réclament un RBU (Revenu de Base Universel) qui garantirait un salaire décent à chaque adulte, que la personne travaille, cherche du travail, aille à l’école ou aucune des réponses ci-dessus. De telles politiques échoueraient sûrement et ruineraient non seulement notre civilisation et notre culture, mais porteraient également gravement préjudice aux personnes mêmes qu’elles prétendent aider.

Le travail en lui-même n’est pas une malédiction ; c’est une bénédiction. Le travail est bénéfique pour celui qui l’exécute. Dieu nous a conçus pour travailler avec nos mains et avec notre esprit. Au travail, nous apprenons à résoudre des problèmes. Au travail, on apprend à bien communiquer et à s’entendre avec les autres. Grâce au travail, nous découvrons le monde qui nous entoure, les principes de la physique et de la chimie. Le travail a été le moteur de la plupart des inventions, les hommes et les femmes recherchant des moyens plus faciles, plus efficaces, plus sûrs ou plus productifs d’accomplir une tâche. La vis, le levier, l’aspirateur et le tracteur sont tous nés de l’ingéniosité d’une personne désireuse d’en faire plus et de le faire plus rapidement. Et toute invention elle-même implique un travail : d’abord de la part de l’esprit, ensuite des mains qui façonnent le nouvel outil.

La Bible dit que « celui qui ne travaille pas ne doit pas manger ». À première vue, cela peut sembler un peu dur, mais Dieu prescrit ici une approche qui bénéficiera aux gens et non leur nuira. Lorsqu’Il a créé Adam et Ève, Il leur a donné du travail parce que le travail est bon pour nous. Nous sommes créés à l’image de Dieu. Dieu œuvre et Il nous invite, ses enfants, à travailler, à créer et à produire. . . et jouir de la récompense de nos travaux. Les politiques gouvernementales conçues pour éliminer le besoin ou la motivation des individus à travailler causeront à ces individus bien plus de préjudice que le bien pour lequel elles étaient destinées.

Un vieil adage dit que « les mains oisives sont l’atelier du diable. » Les problèmes que nous constatons dans les villes canadiennes et dans les villes du monde entier sont le produit de mains inactives. Les villes de tentes se développent parce qu’il est plus facile (plus paresseux) de bénéficier de l’aide sociale et de vivre sous une tente que de trouver un emploi et de payer un loyer. Lorsque les gens n’exercent pas un emploi régulier, ils ont plus de temps pour expérimenter la drogue ; une fois qu’ils sont dépendants de la drogue, ils ont besoin d’argent. La criminalité est la source d’argent la plus facile : le vol, la prostitution, les aumônes du gouvernement. Une fois au chômage et toxicomanes, leur parcours intellectuel déraille. Ils n’ont pas besoin de se lever à l’heure car ils n’ont pas besoin d’être au travail à l’heure. Ils n’ont pas besoin d’être cohérents ou de communiquer efficacement pour plaire à un patron ou à un client. Ils n’ont pas besoin d’être propres. Ils n’ont pas besoin de s’occuper de leurs enfants. Ce n’est pas un style de vie heureux et satisfaisant. C’est une dégradation. Les drogues et le mode de vie de dépendance créent une dépendance.

De nombreux autres Canadiens qui ont un emploi stable ne comprennent pas pleinement la valeur de leur travail. Ils vivent pour le temps d’arrêt, le week-end et la retraite. Le repos, c’est bien et le repos est essentiel. Mais nous devons aussi profiter pleinement de notre travail. Dieu dit que nous devons effectuer notre travail comme le faisant pour Lui, et non comme le faisant pour un patron terrestre. En tant qu’ambassadeurs du Christ, nous, au sein du PHC, voulons plaire à Dieu dans tout ce que nous faisons. Nous le remercions pour le privilège de ce travail qu’il nous a confié et lui demandons sa direction, afin que nos efforts soient efficaces pour modeler ses principes dans nos familles, dans notre travail et dans nos rôles de citoyens du Canada.



Download PDF Version

Share to Gab

Other Commentary by Taylor: