PHC

Communiqués

Crise temporaire, prise de pouvoir permanente

March 26, 2020 | Auteure: Peter Vogel   |      |   Share: Gab | Facebook | Twitter   

Des temps extraordinaires appellent des mesures extraordinaires - mais les crises sont temporaires et les solutions doivent donc aussi être temporaires. Les situations d’urgence telles que les guerres et les pandémies sont des moments où nous devons accepter de nouvelles limites à nos libertés, mais ces limites ne devraient pas durer plus longtemps que ce qui est absolument nécessaire!

Notre gouvernement vient de faire une saisie opportuniste pour plus de pouvoirs que nécessaire, plus longtemps que nécessaire, alors que la plupart des citoyens et des députés étaient impuissants à les retenir.

Tous les partis politiques officiellement reconnus au Parlement étaient généralement d’accord pour que de nouvelles mesures d’aide pour aider les entreprises et les particuliers à faire face à la fermeture de la majeure partie de l’économie à l’heure actuelle seraient nécessaires. Il y a eu une bonne volonté généralisée parmi les Premiers Ministres provinciaux et le Premier Ministre quant à la nécessité de prendre des mesures pour arrêter la propagation du virus, ainsi que la nécessité d’une aide économique sous diverses formes. Mettre de côté les intérêts partisans et agir en coopération est ce que nous devrions attendre de nos politiciens dans des moments comme ceux-ci.

Mais cela ne signifie pas que tous les députés et tous les partis devraient s’entendre sur les détails spécifiques des mesures de secours sans examiner attentivement les choses - ni renoncer à leurs pouvoirs constitutionnels!

Il semble que la bonne volonté ait partiellement aveuglé les conservateurs sur les défauts des nouvelles mesures du gouvernement (libéral), qui comprenaient une prise de pouvoir permanente. Heureusement, un député conservateur, Scott Reid, a vu que bien plus était en jeu que quelques milliards de dollars; la possibilité même pour le Parlement de faire son travail correctement est cooptée par les mesures proposées, et il a parlé. Cela a obligé son parti à réexaminer et à ralentir au moins partiellement les mesures proposées incontrôlées.

Ces mesures proposées auraient donné au Cabinet de Trudeau des pouvoirs sans précédent; l’ancien ministre des Finances, Joe Oliver, a écrit: «Sous couvert de l’urgence COVID-19, le gouvernement libéral avait l’intention de présenter un projet de loi accordant au ministre des Finances le pouvoir d’emprunter, de dépenser et d’augmenter les impôts, de renflouer les entreprises et de garantir des pools de dettes, le tout sans l’approbation du Parlement, jusqu’à la fin de 2021 »

Remarquez, pas jusqu’à la fin de 2020, mais de 2021! Quelle tentative effrontée de pouvoir quasi absolu alors que le pays attendait une bonne volonté et une coopération parlementaire respectueuse.

Même les partisans du Parti libéral devraient se méfier un peu d’un gouvernement qui propose d’acquérir de nouveaux pouvoirs dans de nombreux domaines pendant une pandémie. Cela donne une mauvaise impression, même les intentions du gouvernement seraient pures (et il est de plus en plus difficile d’attribuer des motifs purs à ce gouvernement).

C’est au-delà des excuses que le gouvernement libéral profiterait de cette occasion de confiance et de coopération pour tenter de s’emparer de plus de pouvoir pour lui-même - ou pour le Cabinet, en particulier -, mais cela semble être ce qu’il a tenté de faire. On dirait qu’ils ont vu une grande crise et sont immédiatement «retournes à leur type» (comme le disait John Robson) et ont essayé de gagner des pouvoirs dictatoriaux. Ils sont allés trop loin et ont été contrecarrés, mais tous les Canadiens ont reçu un avertissement - notre gouvernement a faim de pouvoir!

Un gouvernement qui a faim de pouvoir ne sera pas facilement arrêté, et les Canadiens devraient résolument ne pas le voter pour cet abus de confiance. Ne les laissez pas s’en tirer. Écrivez des lettres à votre éditeur, envoyez un courriel à vos amis et à votre famille. N’abandonnez pas les idéaux de liberté, de démocratie et de gouvernement représentatif même en temps de crise. En effet, il semble que - avec les libéraux en particulier - nous devons être particulièrement vigilants.

Le nombre de chroniqueurs de nombreux médias différents qui ont condamné ces actions à un degré ou à un autre a été très encourageant; cela montre que la liberté d’expression et les critiques honnêtes du gouvernement ne sont pas tout à fait mortes au Canada, mais encore une fois, nous avons été avertis d’être vigilants.

Le PHC continue de promouvoir un gouvernement représentatif responsable. Nous continuerons de critiquer de façon constructive notre gouvernement et d’avertir les Canadiens des dangers qui menacent nos vies, nos familles et nos libertés. Veuillez joindre et soutenir le PHC dans nos efforts continus.



Download PDF Version

Share to Gab

Other Commentary by Peter Vogel: