PHC

Communiqués

Cons-So et Faux-Cons

March 3, 2020 | Auteure: Peter Vogel   |   Le volume: 27    Le numéro: 9   |   Share: Gab | Facebook | Twitter   

Que faut-il pour séparer les conservateurs sociaux des faux conservateurs? Qui est de quel côté dans la course au leadership conservateur? La députée Cathay Wagantall met courageusement un test devant tous les conservateurs, un test qui, espérons-le, incitera les Canadiens à parler de l’avortement gratuit pour tous qui se produit au Canada aujourd’hui.

Elle a présenté un projet de loi d’initiative parlementaire le 27 février, le même jour que la date limite pour entrer dans la course au leadership des conservateurs. Son projet de loi mettrait fin aux avortements sélectifs selon le sexe au Canada, et il fait déjà l’objet de critiques de la part des opposants habituels.

Quels candidats à la direction du Parti conservateur seraient du bon côté de ces enjeux?

Peter Mackay se présente comme le « Conservateur rouge », le candidat Liberal-Lite, le méchant auquel tous les conservateurs sociaux s’opposent. Les médias le perçoivent comme le favori, et de nombreux observateurs voient ce concours comme un couronnement pour lui. Il soutient le mariage homosexuel et marcherait dans les Gay Prides s’il remportait la direction. Il s’oppose au projet de loi de Cathay Wagantall et a déclaré que les problèmes des conservateurs sociaux étaient un « ulcère puant » autour du cou du parti conservateur. Il est le faux-con 100 %.

Erin O’Toole essaie de se positionner comme le modéré; pas un conservateur social fort, mais pas un ennemi pour eux non plus. Il est fort sur nos frontières et la loi ainsi que l’ordre, mais il essaie de rester en dehors des problèmes sociaux; par exemple, il n’a pas commenté le projet de loi de la députée Wagantall. Si les conservateurs sociaux s’intéressent à lui, ils devraient continuer à le faire; il est surtout (sinon complètement) faux-con sur les questions morales.

Marilyn Gladu mérite le feu rouge qu’elle a reçu de la Coalition Campagne vie. Elle dit qu’elle marcherait dans le défilé de la Gay Pride. (O’Toole dit qu’il ne le ferait pas à moins que les policiers en uniforme soient présents). La députée Gladu pourrait en fait être la candidate la plus libérale, car elle est également en faveur du respect des engagements de l’Accord de Paris.

Rick Peterson a participé à la dernière course au leadership des conservateurs, et bien qu’il ne soit pas lui-même un conservateur social, il avait au moins le courage de suggérer qu’il ferait certaines choses que les conservateurs sociaux recherchent, comme l’interdiction des avortements sélectifs en fonction du sexe.

Jim Karahalios s’est fait connaître en Ontario pour avoir dénoncé la corruption au sein du Parti conservateur provincial, et a également fait des vagues en s’opposant à la taxe sur le carbone. Il est opposé à l’avortement et ne participerait pas aux Gay Prides. Il pourrait perturber la course.

Dr Leslyn Lewis a un doctorat en droit et est une candidate notable dans cette course au leadership. Elle a récemment écrit ceci sur sa page Facebook : « Félicitations à la députée Cathay Wagantall pour avoir pris position contre la pratique misogyne de l’avortement sélectif selon le sexe. Elle parle au nom de ceux qui ne peuvent pas parler pour eux-mêmes. » La Dre Lewis montre quelques références, mais n’en dit pas plus sur le sujet plus large de l’avortement.

Derek Sloan, député pour la première fois, est un vrai conservateur social. Il s’est engagé à mettre fin au financement des avortements à l’étranger et se félicite des projets de loi d’initiative parlementaire sur l’avortement. Selon la politique officielle, un « gouvernement conservateur n’appuiera aucune législation pour réglementer l’avortement » (PDF).

Rudy Husny est entré tardivement dans la course, et il est difficile de trouver beaucoup d’informations sur ses positions; il est un organisateur conservateur du Québec qui a tenté de se présenter à Montréal, mais n’a pas été élu.

Certains de ces concurrents pourraient ne pas participer au dernier tour de scrutin, mais après la date limite du 27 février, aucun autre concurrent ne pourra renter dans la course. Les cons-so resteront-ils forts malgré les attaques des faux-cons? Leur courage sera mis à l’épreuve par les médias normalement hostiles et par le parti qu’ils tentent de diriger.

Note spéciale : Richard Decarie, ancien collaborateur de l’administration Harper, n’a pas été autorisé à poursuivre la course au poste de leader du Parti conservateur. Il a fait des vagues très tôt avec son soutien au mariage traditionnel et son affirmation que l’homosexualité est un choix. Un conservateur pro-vie « à spectre complet », il n’a pas eu peur de faire des vagues et de défendre les enjeux qui comptent. Il a déclaré clairement qu’il cesserait de financer l’avortement. Il semble qu’il ait été rejeté en raison de ses positions “controversées”.

Une petite anecdote à noter : seulement trois des candidats ne résident pas en Ontario : Rick Peterson est en Alberta, et Richard Decarie ainsi que Rudy Husny sont au Québec.

Le PHC soutient le projet de loi de la députée Wagantall et lui est reconnaissant de ses efforts constants pour protéger les filles à naître. En plus d’inspirer une discussion ouverte sur l’avortement et de dénoncer l’hypocrisie de la gauche, ce projet de loi met en lumière les valeurs des députés conservateurs et en particulier ceux qui cherchent à diriger leur parti. Il fournit un outil par lequel nous pouvons mesurer la conscience de nos députés en fonction de leurs choix et la raison de ces choix.

Le PHC est le seul parti qui croit que toute vie humaine est sacrée et mérite d’être défendue - garçon ou fille, à l’intérieur ou à l’extérieur de l’utérus. Nous pensons que le Code pénal incorrect doit changer pour refléter cela.

Veuillez encourager tout membre conservateur avec qui vous êtes en contact à classer les vrais cons-so sur leur bulletin de vote et à ne pas soutenir les faux-cons dans la course.

Veuillez noter que le Parti conservateur est divisé sur les enjeux les plus importantes. Le PHC du Canada est uni et cohérent sur nos principes fondamentaux. Rejoignez le PHC et montrez au Canada que la moralité est importante en politique!



Download PDF Version

Share to Gab

Other Commentary by Peter Vogel: