PHC

Communiqués

Budget 2022 : un autre jour plus ancien et plus endetté

April 12, 2022 | Auteure: Rod Taylor   |   Le volume: 29    Le numéro: 15   |   Share: Gab | Facebook | Twitter   

Un « budget » est en fait un euphémisme lorsqu’il est appliqué au plan des néo-démocrates-libéraux de continuer à dépenser plus qu’ils ne reçoivent. Ce Premier Ministre n’a fait aucune tentative sérieuse de contrôler les dépenses depuis sa prédiction rêveuse en 2015 selon laquelle « le budget s’équilibre lui-même. »

Cette philosophie n’a jamais fonctionné et ne fonctionnera pas en 2022. Vous ne pouvez-vous sortir des dettes en dépensant. Comme cela a été astucieusement observé à plusieurs reprises, lorsque vous vous rendez compte que vous vous êtes creusé dans un trou, la première chose à faire est d’arrêter de creuser. Au lieu de cela, M. Trudeau a réclamé plus de pelles.

Le jeudi 7 avril 2022, la Ministre des Finances Chrystia Freeland a déposé le projet de loi budgétaire fédéral 2022. Le budget de Mme Freeland pour 2022-2023 prévoit des dépenses déficitaires (dépenses par cartes de crédit) de 52,8 milliards de dollars, ce qui, souligne-t-elle, représente la moitié de celui de l’exercice 2021-2022. Chaque dollar de ce déficit s’ajoute à la dette nationale croissante et devra être remboursé au fil du temps. Avant l’élection de M. Trudeau en 2015, il n’avait prédit que trois ans de déficits « modérés » d’environ 10 milliards de dollars. Le bilan budgétaire de son gouvernement était déjà atroce avant la pandémie ; quand il a pu blâmer COVID pour ses dépenses excessives, cela a atteint des sommets vertigineux.

La Fédération Canadienne des Contribuables estime que les seuls intérêts sur la dette actuelle du Canada de 1,2 billion de dollars coûteront aux Canadiens environ 26,9 milliards de dollars cette année, soit près de 74 millions de dollars par jour ! En 2015, lorsque les libéraux de Trudeau sont arrivés au pouvoir, la dette nationale était de 628,9 milliards de dollars. Il a presque doublé en 6 ans, augmentant à un rythme de 95 milliards de dollars par an, en moyenne sur les années COVID et les années pré-COVID.

Tout le discours du gouvernement actuel et de ses partenaires médiatiques subventionnés par les contribuables est que les dépenses et la dette sont à des niveaux raisonnables par rapport au PIB (produit intérieur brut), qui a augmenté l’année dernière en raison de l’inflation, de la hausse des prix du pétrole et du gaz (oui, le secteur même que les libéraux ont harcelé et entravé) et certaines augmentations des taxes d’affaires imposées aux banques commerciales et aux assureurs. Certains ont qualifié ces revenus accrus de « d’aubaine » et ils essaient de justifier la dépense imprudente de cet argent parce que c’était inattendu. C’est comme un gars qui vous doit 100 $, reçoit une prime de son entreprise et la dépense en luxe au lieu de payer sa dette. Pour lui, c’est “de l’argent supplémentaire” ; pour vous, ce sont vos 100 $, et il n’a pas à les dépenser pour lui-même.

Vous trouverez ci-dessous quelques éléments troublants du budget de 2022. L’ensemble de compétences du Ministre des Finances comprend l’utilisation d’expressions retentissantes pour couvrir les utilisations inefficaces ou inutiles de l’argent des contribuables. Bien sûr, une grande partie du remboursement des dépenses déficitaires (argent emprunté, y compris les intérêts) incombera aux contribuables qui ne sont pas encore nés:

  • Fonds de croissance du Canada : bien que dissimulé dans le langage de la croissance économique, ce fonds est censé lutter contre les « changements climatiques. » Mme Freeland dit qu’il faudra 125 à 140 milliards de dollars chaque année pour atteindre ses objectifs de zéro net de 2050. On pourrait dire beaucoup de choses sur ces cibles de carbone inefficaces, mais la dévastation économique inévitable que ce gouvernement est prêt à accepter dans leur poursuite est stupéfiante. Des milliards sont alloués pour promouvoir les véhicules électriques « zéro émission » (ce qui augmentera nécessairement la demande d’électricité et toutes les émissions nécessaires à sa production, ainsi que les exigences environnementales inévitables liées à l’infrastructure des véhicules électriques).
  • Chaînes d’approvisionnement stables : l’audace de ce gouvernement de dépenser de l’argent pour promouvoir des « chaînes d’approvisionnement stables » - après avoir sapé et paralysé nos chaînes d’approvisionnement essentielles au cours des deux dernières années avec les blocages COVID et les passeports vaccinaux - est incroyable. La meilleure chose que le gouvernement puisse faire maintenant pour les chaînes d’approvisionnement est de s’écarter et de laisser les entreprises (y compris les camionneurs) prendre des décisions commerciales judicieuses avec un minimum d’interférence.
  • Innovation et recherche : Le Ministre des Finances pense apparemment que le fait d’injecter de l’argent dans les entreprises et d’établir de nouveaux programmes gouvernementaux améliorera notre capacité d’inventer et d’innover. Chaque initiative de ce gouvernement semble impliquer de dépenser plus d’argent et d’augmenter la masse salariale du gouvernement au lieu de réduire les formalités administratives et de permettre aux propriétaires d’entreprises et aux entrepreneurs de prospérer. Même en recherche, la ligne dure du NPD-Libéral doit inclure une composante raciale, en créant un fonds spécial pour la formation des chercheurs noirs. Depuis quand donner de l’argent aux étudiants en fonction de leur race était-il une bonne idée ? Seulement pour un avantage politique partisan.
  • Réduire l’arriéré d’interventions chirurgicales et d’interventions : Sous l’égide des soins de santé, le gouvernement veut être perçu comme contribuant à l’arriéré d’interventions médicales qui s’est accumulé au cours des deux dernières années. Les actions fédérales et provinciales ont créé d’énormes inefficacités dans la prestation des soins de santé, y compris, mais sans s’y limiter, le congédiement ou le congédiement sans motif d’innombrables médecins, infirmières, ambulanciers paramédicaux et personnel hospitalier. Cette situation n’a jamais été traitée. Des milliers de familles ont perdu leur médecin de famille et aucun palier de gouvernement n’a pris de mesures pour les faire revenir. Le licenciement de professionnels de la santé formés est le principal facteur contribuant à l’arriéré.

Le budget de 2022 fait des ouvertures obséquieuses répétées aux groupes qu’il considère défavorisés par la race ou le sexe. Le battage médiatique sans fin sur le changement climatique devient, une fois de plus, l’histoire principale, remplaçant le récit ennuyeux du COVID, bien que les récents déficits gouvernementaux soient toujours imputés au COVID. L’histoire, racontera une histoire très différente à moins que la censure du projet de loi C-11 l’empêche d’être racontée.

Il est juste que je reconnaisse également une ou deux actions positives que je vois promues dans le budget 2022:

  • Soins dentaires : 5,3 milliards de dollars pour les soins dentaires seront mis à la disposition des Canadiens dont le revenu familial est inférieur à 90 000 $. Il est vrai que de nombreux Canadiens n’ont pas les moyens de payer de bons soins dentaires et il peut y avoir une certaine justification à cette extension de la couverture des soins de santé. Le danger est que les subventions gouvernementales, comme les régimes de soins dentaires des entreprises, ont tendance à faire grimper les coûts.
  • Défense : L’augmentation des dépenses de défense (maintenant 8 milliards de dollars) était en retard ; nous sommes toujours en deçà des 2 % du PIB recommandés pour les pays de l’OTAN. Félicitations également pour les 140 millions de dollars sur deux ans destinés à réduire le honteux arriéré de demandes d’invalidité des anciens combattants. En retard depuis longtemps. Ce n’est peut-être pas suffisant.

Les commentaires ci-dessus, qu’ils soient positifs ou négatifs, ne se veulent pas exhaustifs. Il y a beaucoup plus à évaluer dans le budget 2022. Vous pouvez trouver le texte intégral du document ici.

Nous, du Parti de l’Héritage Chrétien, en revanche, croyons aux budgets équilibrés obligatoires et à une taxe équitable. Visitez notre site Web pour en savoir plus.



Download PDF Version

Share to Gab

Other Commentary by Rod Taylor: