CHP

Commentary

À liquider?... ou compromis?

mar. juillet 23, 2019 | Auteure: Vicki Gunn

Quelqu'un d'autre a-t-il participé à l'engouement de la fin des années 1960 appelé « Monkee Mania »?

J'étais fan depuis le premier jour jusqu'à la fin. L'une de mes chansons préférées était peut-être Shades of Grey :

« Il était alors facile de discerner la vérité du mensonge
Liquider à partir du compromis...
Mais, aujourd'hui, il n'y a pas de noir ni de blanc, seulement des nuances de gris... »

Quand je regarde la scène politique canadienne aujourd’hui, je dirais que ce qui semblait être un compromis au cours des dernières années était vraiment la liquidation.

Nous avions autrefois une norme définie du bien et du mal, mais c’était « hier ». Nous savions que les enfants devaient être protégés et nos lois reflétaient ce besoin de protéger nos enfants. Nous savions que même si la liberté de parole était parfois violée, il était essentiel de permettre à un peuple libre de s'exprimer dans les limites de la loi. Donc, nos lois protégeaient cela. Nous savions que les manifestations publiques de sexualité n'étaient pas appropriées et nous avions donc des lois pour protéger le public des comportements obscènes. Nous savions que les femmes avaient moins de force physique et étaient donc protégées lorsqu'elles étaient les plus vulnérables… dans des lieux publics intimes comme des toilettes et des vestiaires.

À l’époque, nous ne vivions pas dans un monde parfait. Je me souviens d'un camarade de classe qui allait « rester chez sa tante » pendant un moment. Des jeunes femmes ont été ostracisées parce qu'elles sont devenues enceintes en dehors du mariage. Je me souviens d'avoir ricané avec les autres filles quand la rumeur courait qu'un camarade de classe avait contracté une maladie sexuellement transmissible. Je me souviens d'avoir visité Toronto à l'adolescence et d'avoir été choqué par la vue d'un homme vêtu d'une jupe serrée, blanche et tricotée.

En résumé, tous les maux de la société d’aujourd’hui étaient présents ‘hier’ mais ils ne faisaient pas partie du grand public. Ils nous ont choqués.

Qu'est-ce qui s'est mal passé? Aujourd'hui, plutôt que de protéger nos enfants, nous leur enseignons des alternatives sexuelles. Plutôt que d'affirmer la famille, nos tribunaux ordonnent à un père de ne pas qualifier sa fille de fille, sinon il fera l'objet d'accusations de maltraitance… pendant que le tribunal approuve des traitements médicaux susceptibles de changer sa vie sans le consentement de ses parents. Nous disons aux enfants qu'être un garçon ou une fille n'est pas une réalité. Nous leur disons qu'ils peuvent devenir le sexe opposé sans leur dire qu'ils ne pourront jamais en réalité changer leur ADN; ils peuvent simplement le masquer… et les dommages causés ne peuvent pas être annulés s’ils changent d’avis.

Qu'est-ce qui s'est mal passé? Aujourd’hui, nous n’avons le droit de parler librement que si nous n’exprimons que des pensées « libérales ». Nous n’avons le droit de parler librement que dans la mesure où nous ne blessons pas les sentiments de quelqu'un. En y repensant, qu'est-il arrivé à « Les bâtons et les pierres peuvent me briser les os, mais les noms ne me feront jamais de mal »? Nous avons senti que quelqu'un nous disait quelque chose de méchant, mais nous ne l'avons pas laissé nous définir. Nous avions été endurcis par des années d'épisodes d’enfance pour faire face aux insultes.

Qu'est-il arrivé pour que nous puissions passer d'une société qui a honoré notre patrimoine chrétien historique à une société qui permet l'arrestation d'un prédicateur de rue pour avoir fait ce que les prédicateurs de rue font… prêcher?

Nous n’avons pas abouti là où nous sommes aujourd’hui en une seule décision. Nous y sommes arrivés en sabotant progressivement les contours de ce qui était considéré comme un comportement acceptable. Lorsque des personnes ont cessé d'être choquées par le noir ou le blanc qui se teintaient de gris, alors, les architectes de la société ont donc constater qu’un peu plus de mélange de noir et de blanc ne serait pas remarqué.

Beaucoup de ceux qui s’y sont opposés sont restés fermes… pendant un certain temps… mais à la fin, c’était un si léger mélange de noir et de blanc que ce petit peu de gris n’était pas important.

Qu'en est-il de ces personnes agaçantes qui ont refusé de mélanger le noir et le blanc? Les gens les considéraient comme étant rigides. Aujourd'hui, ils peuvent faire face à des accusations s'ils expriment publiquement leurs pensées.

Aujourd'hui, à la veille d'une autre élection fédérale, vous êtes-vous demandé « Qui était le PHC du Canada? »

Le PHC du Canada comprend ceux qui n'ont pas fait de compromis, même lorsque ceux des autres partis politiques n'avaient pas l'épine dorsale pour dire «non». Le PHC du Canada est composé de personnes qui ont vu la tendance des nuances de gris incolores et indistinctes devenir dominantes par rapport à notre compréhension antérieure basée sur le noir et blanc, le vrai et le faux. Ceux qui l'ont compris ces dernières années ont développé une nouvelle perception de la beauté de notre héritage chrétien historique. Ils ont constaté que le courant politique et leurs partenaires médiatiques ont perdu leur compréhension de l’héritage chrétien du Canada et ne reflètent plus que des nuances progressives de gris. Ces personnes ont rejoint le PHC et se placent en première ligne dans la bataille pour notre culture.

Le Parti de l'Héritage Chrétien est composé de personnes comme vous et moi. Des personnes qui ont examiné les grandes libertés qui ont prospéré dans notre héritage chrétien et se sont engagées dans la lutte pour le retour aux valeurs que tous partageaient auparavant. Elles voient l'urgence et veulent faire leur part.… avant que toute liberté soit perdue dans ce grand pays.

Le Parti de l'Héritage Chrétien a besoin de VOUS! Nous avons besoin de votre part pour que nous refusions d’accepter le « gris » comme couleur de notre culture. Le Canada a une culture vibrante et colorée qui a besoin de « tout le monde sur le pont » pour la préserver.

Je vous invite, aujourd’hui, à vous joindre à nous et à freiner la vague de gris qui envahit notre culture. Il est temps que nous arrêtions de gâcher notre avenir et de le protéger avec tout ce que nous sommes.

Vous ferez face à l’opposition, mais ne cessez pas de faire ce qui est juste. Le Canada a besoin de leaders qui resteront fermes et ne reculeront pas face à l'opposition. Certains de ces dirigeants sont déjà prêts à servir à l'automne avec le mandat de leurs concitoyens canadiens. Nous avons besoin de plus de personnes engagées pour sauver notre mode de vie. Nous avons besoin de plus de candidats et de volontaires pour la campagne.

Que vous pensiez pouvoir être candidat ou que vous puissiez faire plus de bien en soutenant et en aidant un autre candidat; que vous maîtrisiez bien les fonds de la campagne ou que vous fassiez du porte à porte pour sensibiliser, le Canada a besoin de votre engagement politique au cours des prochains mois. Nos droits de l'homme donnés par Dieu en dépendent.

Vous savez ce qui est juste. Donnons donc aux générations futures les merveilleuses libertés dont nous jouissons.

Rejoignez le PHC du Canada maintenant.



Download PDF Version

Other Commentary by Vicki Gunn: