PHC

Communiqués

Toutes choses n’étant pas égales

June 28, 2022 | Auteure: Jim Enos   |   Le volume: 29    Le numéro: 26   |   Share: Gab | Facebook | Twitter   

Il y a une phrase que j’entends souvent utiliser par les fidèles de l’église, et je grince des dents quand je l’entends : « Tout va bien. » Mes amis, tout ne va pas bien; en fait, il y a des choses qui sont mauvaises et même démoniaques dans ce monde et l’abus sexuel des enfants se classe tout en haut.

Récemment, pendant mes vacances, je lisais un livre intitulé « Out from Under - The Impact of Homosexual Parenting, » écrit par Dawn Stefanowicz, la fille d’un père qui a fait passer ses dépendances homosexuelles avant sa femme et sa famille. Dans son livre, Dawn révèle sans détour les horreurs qu’elle, ses frères et sœurs et sa mère ont vécues sous l’acte homosexuel incontrôlable de son père, qui est finalement décédé du sida à 51 ans.

Dans son livre, Dawn raconte ses rêves d’enfance saisissants - lorsqu’elle a vu des démons danser autour du lit de ses parents. C’est une histoire sombre et révélatrice que tout le monde ne voudrait pas lire, mais je me suis senti obligé de la lire pendant le mois de la fierté gaie nationale, afin de me rappeler à quel point les abus sexuels sont destructeurs pour les enfants ; si l’intervention n’est pas mise en place tôt, il y a une forte probabilité de passage à l’acte sexuel à vie. Dans ce récit particulier, la mère et le père de Dawn allaient régulièrement à l’église, mais ils étaient tous les deux sexuellement déviants avec leurs enfants.

Le père de Dawn avait été pendant son enfance victime de perversions purulentes déchaînées sur lui par des parents plus âgés, et la mère de Dawn avait été négligée dans sa jeunesse. À un moment donné, ses parents avaient essayé de la faire adopter dans une famille aisée, mais les futurs parents l’ont regardée et ont ouvertement déclaré à quel point elle était laide; imaginez l’effet.

Malgré ce que les activistes sexuels peuvent dire, je n’accepte pas l’explication « né comme ça » pour les désirs homosexuels. Je me souviens d’un séminaire que j’ai animé il y a quelque temps où les conférenciers invités étaient un homme et une femme qui avaient vécu une partie de leur vie de manière homosexuelle ; l’homme avait été agressé homosexuellement par un conseiller de camp dans un camp d’arts et la femme - comme la mère de Dawn - avait été rejetée parce qu’elle était laide aux yeux de son père. L’homme a déclaré que, dans le service de conseil avec lequel il travaille, ils ont constaté que 95 % des hommes qui ont demandé de l’aide ont témoigné avoir été abusés sexuellement dans leur enfance ou leur jeunesse.

Leur bonne nouvelle était l’intervention qu’ils avaient reçue et la restauration qu’ils avaient vécue en reconnaissant l’amour et l’acceptation de Dieu envers eux. Leur guérison et leur restauration, bien sûr, n’étaient pas une simple expérience de prière et de départ ; il a fallu du temps et le dévouement d’autres personnes qui s’occupaient sincèrement d’eux. Si seulement les parents de Dawn avaient eu accès à une telle intervention, peut-être que Dawn et ses frères et sœurs auraient pu vivre une expérience d’enfance bien différente.

Maintenant au Canada, comme nous le savons, il est illégal d’offrir toute sorte d’intervention pour des personnes comme le père de Dawn (même s’il le souhaitait); c’est tragique, car les personnes ayant des tendances homosexuelles doivent être détournées des comportements destructeurs associés à l’homosexualité. Dans un article publié par CAITE (La source canadienne de renseignements sur le VIH) (PDF) en 2018, ils déclarent:

« Les gais, bisexuels et autres hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes (gbHARSAH) représentent environ 2 % à 3 % de la population canadienne. »

Ils poursuivent ensuite en déclarant:

« Les homosexuels, bisexuels et autres hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes sont 131 fois plus susceptibles de contracter le VIH que les hommes n’ayant pas de rapports sexuels avec des hommes. »

Malgré l’expression couramment utilisée, « Toutes choses étant égales, » lorsqu’il s’agit de brouiller les frontières sexuelles que Dieu a fournies à l’humanité pour notre bien, toutes choses ne sont pas égales. Les implications d’agir en dehors de Ses limites ont un impact non seulement sur les individus impliqués, mais aussi sur les autres ; enfants mis au monde sans parents qui sont mariés l’un à l’autre, et enfants exécutés avant la naissance pour gênant.

Je trouve déconcertant de voir comment les fidèles peuvent être impliqués ou soutenir – de quelque manière que ce soit – tout parti politique qui est pro-LGBT et pro-exécution des enfants à naître. Il n’y a actuellement qu’un seul parti fédéral canadien pour ceux qui ont une vision chrétienne du monde, et c’est bien sûr le PHC Canada, le Parti de l’Héritage Chrétien du Canada. Il y a beaucoup à faire pour réparer notre société brisée car tout ne va pas bien et tout n’est pas égal.

Le PHC du Canada le reconnaît et, avec ceux qui soutiennent un style de vie biblique, nous ferons une différence dans le paysage politique du Canada.

Joignez-vous au PHC du Canada aujourd’hui pour défendre ce que vous savez être vrai.



Download PDF Version

Share to Gab

Other Commentary by Jim Enos: