PHC

Communiqués

Un commissaire aux débats des leaders?

mar. août 27, 2019 | Auteure: Ron Gray   |   Le volume: 26    Le numéro: 34

Les dés déjà sont pipés contre les électeurs pour des élections fédérales canadiennes de 2019!

Dans quel univers ridicule le gouvernement peut-il dire qui peut et qui ne peut pas débattre avec le gouvernement? Surtout en année électorale?

Qui a autorisé le gouvernement Trudeau à établir (PDF) un commissaire au débat fédéral? Et qui a eu la brillante idée d’utiliser cette bureaucratie pour décider des partis politiques fédéraux enregistrés qui participeraient au débat des leaders? Sûrement tout parti politique fédéral enregistré qui a un chef a le droit de le faire participer au débat des leaders?!?

Le débat des leaders ne concerne-t-il pas fondamentalement l’échange d’idées et la possibilité pour l’électorat d’avoir la plus grande occasion possible d’entendre toutes les idées de tous les partis qui proposent de les servir au Parlement? Comment l’échange d’idées peut-il être complet, comment peut-il servir les électeurs si toutes les idées proposées ne sont pas mises à la disposition du public?

Quel est l’avantage concevable qu’une bureaucratie gouvernementale examine les idées et les participants en premier? Cela me rappelle la boutade de Sheila Gunn Reid : « Ne laissez pas le gouvernement vous dire que vous avez beaucoup à réfléchir ».

La présélection des idées et des orateurs par un gouvernement est pire que la censure (ce qui serait déjà assez grave), c’est dictatorial!

De quoi le gouvernement a-t-il peur? Que nous pourrions décider pour nous-mêmes pour qui voter? Que nous ne puissions pas soumettre notre décision à la « boussole électorale » truquée de la CBC ? (Il existe un autre lavage de cerveau dictatorial : la radiodiffuseur d’État doit nous dire quelles sont nos VRAIES opinions politiques, plutôt que ce que nous pourrions penser; oui, c’est tout! Le gouvernement soulage le peuple du fardeau de penser, en faisant en sorte que la radiodiffuseur d’État réfléchisse pour nous!)

Ou craignent-ils que nous ne puissions pas limiter nos informations aux médias « fiables » du gouvernement - ceux-là qui sont achetés avec 595 millions de dollars d’argent des contribuables pour parler en faveur du gouvernement, et défavorablement contre tous ceux qui critiquent le gouvernement?

Une élection tenue selon les règles en vigueur au Canada cette année ne pourrait jamais être qualifiée d’élections « libres et équitables » selon les normes de tout organisme international, à l’exception peut-être de l’Internationale communiste.

Nous devons tous nous rappeler ce fait lorsque nous allons aux urnes en octobre :

Le gouvernement libéral et ses bureaucrates « d’État profonds » s’opposent aux droits et libertés du peuple canadien.

Il est malhonnête de dire que certaines de vos options ont l’air d’être vos seules options, et c’est ce qui va se passer avec les électeurs en 2019

De temps en temps, les Canadiens ont eu le courage de « voter pour punir » quand ils voient que leur gouvernement leur a menti, mais ils ont souvent été récompensés par un gouvernement de remplacement qui n’était guère mieux; cela doit s’arrêter. Le Canada a besoin d’un gouvernement fondé sur des principes qui ne changent pas et qui gouverneront pour le bien de la population, et non pour eux-mêmes et leurs copains.

Le moment est venu de faire parler les gens ayant une option politique que nos médias et nos bureaucrates vous cachent : le Parti de l’héritage chrétien! Pour ce faire, partagez cet article de toutes les manières possibles.

Rejoignez le PHC si vous ne l’avez pas encore fait, et rappelez-vous que le PHC est pour votre liberté d’avoir accès aux informations pertinentes pour que vous puissiez choisir comment et avec qui participer à la vie politique du Canada.



Download PDF Version

Other Commentary by Ron Gray: