PHC

Communiqués

Supposons qu’il n’y en ait eu que 10%?

mar. novembre 3, 2020 | Auteure: Rod Taylor   |   Le volume: 27    Le numéro: 44

Le Canada se trouve aujourd’hui à la croisée des chemins. Beaucoup de nos concitoyens ont rejeté Dieu, ont rejeté la morale biblique et ont rejeté le respect de la vie humaine. Souvent, nous voyons le nombre décroissant de pratiquants ou le nombre croissant de jeunes dans la confusion des genres et nous nous demandons s’il y a suffisamment de Canadiens avec une vision du monde biblique pour empêcher l’effondrement complet de l’ordre social.

Dans le livre de la Genèse, chapitre 18, nous trouvons Abraham raisonnant avec Dieu et essayant de le persuader de ne pas détruire les villes de Sodome et Gomorrhe, malgré leur grand péché et leur rébellion. Il essayait de protéger son neveu, Lot, de la destruction. Il demande à Dieu s’il épargnerait la ville de Sodome s’il pouvait y trouver cinquante justes. Dieu accepte d’épargner la ville s’il pouvait trouver cinquante justes. Pour être sûr, Abraham lui demande: «Et si vous n’en trouviez que quarante-cinq?» Dieu promet qu’Il épargnerait la ville pour quarante-cinq justes. Abraham est encouragé... mais commence à se demander s’il y a autant de justes à Sodome. Il continue d’abaisser la barre et demande finalement à Dieu si dix suffiraient. Dieu lui dit qu’Il épargnerait la ville pour dix. Abraham n’a pas osé demander une plus grande mesure de miséricorde; peut-être supposait-il qu’il devait y en avoir au moins dix.

Mais il n’y avait pas dix justes dans la ville. Dieu a épargné Lot et sa famille, mais la ville a été détruite à cause de la méchanceté dominante de ses citoyens.

Nous ne pouvons pas faire un parallèle exact entre le Canada et les conditions dans les villes méchantes de Sodome et Gomorrhe à l’époque d’Abraham. Les chiffres de la population, le système de gouvernement, les moyens de communication disponibles sont tous différents. Ce qui est clair, c’est que les hommes de Sodome ont choisi collectivement de violer les principes de Dieu et Dieu les a tenus responsables. Aujourd’hui, le Canada oscille entre deux opinions. Il semble que de nombreux politiciens ont pris le vent et ont choisi de violer les principes de Dieu dans l’espoir d’obtenir un avantage politique. Dans un cycle incessant de cause à effet, les décisions qu’ils prennent pendant leur mandat renforcent les attitudes dominantes, ce qui entraîne un nouvel écart de la société par rapport aux normes bibliques.

Les membres du Parti de l’Héritage Chrétien et d’autres qui ont encore une vision biblique du monde continuent d’appeler les politiciens à promulguer des lois qui reflètent la dignité de l’homme, le caractère sacré de la vie humaine et la valeur du mariage traditionnel. À notre avis, cette nation est «polluée par du sang innocent». La pratique du sacrifice d’enfants sur l’autel du faux dieu du choix est une offense envers le Dieu tout-puissant qui a créé chaque être humain à sa propre image sacrée.

Mais revenons à Genesis... au moment où Lot a tenté de persuader ses concitoyens de restreindre leur comportement pervers, ses opinions étaient si contraires à la pensée dominante qu’il était détesté et ciblé par la foule. Ils l’auraient tué sans l’intervention de Dieu. C’est assez semblable à la situation actuelle au Canada. Ceux qui proposent un retour aux normes bibliques de moralité sont accusés de crimes de haine. On leur dit qu’ils n’ont pas le droit de s’exprimer sur des enjeux importants du jour dans les médias, dans les salles de classe ou même chez eux - s’ils cherchent à persuader leurs propres enfants de suivre les normes bibliques de la sexualité.

Les normes bibliques concernant le mariage, le sexe, le caractère sacré de la vie et les responsabilités parentales ont été attaquées et sapées. Les médias laïques, les systèmes éducatifs contrôlés par le gouvernement et même les hégémons du monde des affaires ont tous contribué. Mais il y a encore un reste qui n’a pas abandonné Dieu comme source immuable et inerrante de sagesse, de prudence et de sécurité.

Lors de la récente élection provinciale de la Colombie-Britannique, j’ai eu le privilège - pour la première fois, après de nombreuses campagnes électorales - de recevoir plus de 10% des voix (en fait 12,68% le soir de l’élection, mais ce nombre peut changer une fois que les bulletins de vote postaux sont comptés ). C’était extrêmement encourageant pour moi. Ce n’était pas suffisant pour gagner un siège, mais cela m’a dit qu’une partie importante du public votant partage toujours nos vues sur la vie, la famille et la liberté. Le pourcentage d’élèves de ma circonscription électorale (Stikine) qui ont classé les politiques du CHP comme les meilleures est encore plus intéressant et encourageant. En fait, 41% de tous les étudiants de notre district qui ont participé au sondage « Votes des étudiants » m’ont choisi moi et le Parti de l’Héritage Chrétien de la Colombie-Britannique. Si mon succès électoral dépendait de leurs votes, je serais maintenant député.

À Abbotsford-Sud, notre chef du PHC-Colombie-Britannique, récemment acclamée, Laura-Lynn Thompson, s’est également approchée de la barre des 10%, avec 9,2% le soir des élections. Ses chiffres peuvent augmenter ou diminuer lorsque les bulletins de vote par correspondance sont comptés, mais la chose importante à noter est qu’un pourcentage important du public votant l’a choisie plutôt que les candidats établis dans les grands partis. Nos trois autres candidats - Aeriol Alderking, Dee Kranz et Dan Stuart - ont également très bien réussi dans leurs circonscriptions, partant de zéro et rivalisant avec la frénésie médiatique qui se concentrait principalement sur le NPD et les libéraux de la Colombie-Britannique. Je suis certainement très satisfait de la façon dont tous nos candidats se sont conduits et ont représenté la plateforme du PHC.

Quel est mon point? Qu’il s’agisse de 10% ou de 10 personnes, il est extrêmement important que le PHC reste ferme et offre aux électeurs un choix de principe pour la moralité et la liberté. Ce faisant, nous encouragerons tous les citoyens qui défendent la justice et la vérité et leur montrerons qu’ils ne sont pas seuls! Nous devons continuer à présenter la vérité sur la place publique, même lorsqu’elle semble impopulaire. Les jeunes doivent savoir qu’il existe une alternative à l’hystérie de masse et au chaos présentés comme normaux.

Il y a quelques années, Leonard Ravenhill a écrit un livre, Sodome n’avait pas la Bible, dans lequel il a fait valoir que nous, dans le monde occidental, avons beaucoup moins d’excuse pour notre immoralité aujourd’hui que les habitants de Sodome, parce que nous avons la Parole écrite de Dieu, une ressource qui n’était pas disponible à l’époque de Lot. Nous qui connaissons la vérité avons la responsabilité de proclamer cette vérité.

Si vous êtes un proclamateur de vérité et que vous n’avez pas encore rejoint le Parti de l’Héritage Chrétien, rejoignez avec nous maintenant et aidez-nous à présenter la vérité qui seule peut transformer notre société pour le mieux.



Download PDF Version

Other Commentary by Rod Taylor: