PHC

Communiqués

Noël 2021 : sous terre ou dans une étable?

décembre 24, 2021 | Auteure: Rod Taylor   |      |   Share: Gab | Facebook | Twitter   

En cette période de commémoration de la naissance de Jésus-Christ, notre Sauveur, il est bon de réfléchir aux conditions du monde qui régnaient au moment où il est né. Bien que cela ait pu être paisible dans la petite ville de Bethléem, les conditions politiques dans la région étaient dures et les exigences des citoyens par les occupants romains brutaux n’étaient certainement pas ce que nous considérerions comme « raisonnables ». Les soldats pouvaient régulièrement arrêter, détenir et contraindre.

Nous savons aussi qu’il y avait des taxes; et pas de fédération de contribuables pour contrôler le recouvrement des impôts. C’était la raison pour laquelle Joseph et sa femme enceinte voyageaient alors qu’ils auraient préféré être à la maison pour préparer la naissance de leur enfant. Joseph est allé à Bethléem pour être taxé parce que c’était le lieu de sa lignée. Même à l’époque, le gouvernement gardait une trace de vous - vos antécédents familiaux, etc. et s’attendait à ce que vous vous conformiez à leurs exigences.

Le gouvernement romain de l’époque ne se souciait pas que Marie soit enceinte. Ils se fichaient du fait qu’il était incommode de voyager. Peu leur importait qu’il n’y ait pas de place pour eux dans l’auberge. César Auguste avait fait son décret que «... le monde entier devrait être taxé. » C’était à ses officiers de faire respecter l’édit et au peuple d’y obéir. Ainsi nous avons l’histoire de Noël : le Roi des Rois, le Saint Enfant, le Christ, le Messie est né dans une étable et mis dans une crèche. Mais c’était seulement le début.

Même en tant que jeune enfant, Jésus était la cible de persécution. Hérode considérait l’enfant Jésus comme un rival du trône et essaya d’amener les sages à trahir l’enfant afin qu’il puisse le détruire. Au lieu de cela, ils ont exercé leur jugement moral et ont désobéi à ses ordres. Ils sont revenus par un chemin différent parce qu’ils ont refusé de se soumettre à ses ordres immoraux. Ils s’interposèrent entre l’enfant Jésus et les ambitions jalouses de ce roi égocentrique et laïc.

Puis Hérode a essayé de tuer Jésus en massacrant tous les enfants mâles de la région de moins de deux ans. Il a imposé sa volonté sanguinaire à des enfants innocents et à leurs familles pour tenter de s’accrocher au pouvoir. Jésus a été épargné à cause de l’obéissance de Joseph aux instructions qu’il a reçues de Dieu (ils ont fui en Égypte). Mais il y avait des pleurs à Rama, des mères pleurant pour leurs enfants qui ont péri sur le caprice d’un souverain impie.

Alors que nous entrons dans cette période de réflexion sur la naissance du Christ, nous nous réjouissons avec les anges, nous honorons la simple adoration des bergers, la sagesse ointe des sages et l’obéissance pleine de foi des parents de Jésus. Nous-mêmes sommes émerveillés par le déploiement miraculeux du plan de Dieu pour le salut de l’humanité et la gloire manifeste de Dieu enchâssée dans la chair humaine.

Nous aussi, au Canada en 2021, sommes profondément conscients de la persécution du peuple de Dieu, le corps du Christ, non seulement dans notre propre pays mais encore plus dans de nombreux pays à travers le monde. Les sages le cherchent toujours. . . mais beaucoup de ceux qui ont choisi de le suivre ont également été soumis à la cruauté, à l’esclavage, au rejet, à la torture et à la mort. Pourtant la foi vit.

Dans notre cher Canada, où notre Charte reconnaît la « suprématie de Dieu », des décrets injustes et des demandes déraisonnables sont formulés, jour après jour et mois après mois. Les églises ont reçu l’ordre de limiter la fréquentation aux seuls vaccinés. Certains s’y conforment même. En Colombie-Britannique, on dit aux familles de ne pas recevoir d’invités dans leur maison pendant la période de Noël. Les informateurs médicaux (certains des lanceurs d’alerte de notre époque ressemblant à des prophètes) ont l’ordre de ne pas parler de certains sujets. Ceux qui parlent sont sanctionnés par leurs propres collèges.

Pour la première fois dans l’histoire du Canada, certaines églises sont forcées de se cacher. Des services secrets sont organisés. Les agents d’Hérode sont déployés pour faire respecter les caprices de certains agents de santé publique. Dans les années à venir, la folie de ces politiques sera exposée mais en attendant, il y a des « pleurs à Rama ». Les dommages causés par ces politiques - décès dus à des surdoses de drogue et des suicides, les dommages irréparables à l’économie, la perte de maisons, des opportunités manquées, des entreprises en faillite, des talents gaspillés, des familles brisées, des fausses couches et des mortinaissances, des rendez-vous médicaux annulés et plus encore - laisseront une cicatrice.

Aujourd’hui, il y a beaucoup de place dans l’auberge. D’immenses installations sont vides ou à moitié pleines. Mais les aubergistes d’aujourd’hui – les gardiens des médias, les chefs des universités et des compagnies aériennes, les chefs des collèges de médecins et de chirurgiens, les chefs d’agences gouvernementales, même les chefs de certaines confessions religieuses – se tiennent à la porte et disent : « vous ne pouvez pas Entrez. »

Alors que nous nous réunissons avec des amis et des familles et avec la maison de Dieu, nous rendrons grâce que le Dieu de la création ait envoyé son Fils pour être notre salut. De ses humbles débuts dans une étable de Bethléem à sa mort sur une cruelle croix romaine, Jésus a incarné l’obéissance parfaite - non pas aux institutions humaines ou aux dirigeants terrestres - mais à Dieu seul.

Où que vous vous réunissiez en cette période de Noël et quels que soient les défis auxquels vous faites face, nous vous souhaitons, ainsi qu’aux vôtres, un Noël rempli de joie ! Comme le dit la Bible, « les pleurs peuvent durer une nuit mais la joie vient le matin ». Nous sommes à vos côtés pour défendre le glorieux évangile et nous nous agenouillons avec vous dans une adoration respectueuse de l’Enfant qui est venu révéler la vérité et libérer les captifs ! Alléluia!



Download PDF Version

Share to Gab

Other Commentary by Rod Taylor: