Contact us now: Phone: +111111111

CHP

Commentary

Trudeau utilise un subterfuge pour interdire les produits de santé naturels

Tue, July 25, 2023   |   Author: Taylor   |   Volume 30    Issue 30 | Share: Gab | Facebook | Twitter   

De nombreux Canadiens ne font pas confiance aux politiciens. . . quel que soit le parti qu’ils représentent. C’est le résultat tragique des dirigeants politiques qui promettent une chose et en font une autre. Ou utilisent leur pouvoir pour manipuler les masses. Ou blâment les autres pour leurs erreurs. Ou dépensent l’argent des contribuables durement gagné extrait de la classe ouvrière pour enrichir leur nid et récompenser leurs fidèles partisans.

Autant de bonnes raisons pour les Canadiens de réfléchir à deux fois avant de voter et surtout de réfléchir à deux fois avant d’appuyer un politicien sur la base de ses promesses.

L’une des façons dont notre Premier Ministre actuel a trompé les Canadiens et gagné leur dégoût est d’utiliser des « projets de loi omnibus » pour adopter des lois impopulaires. C’est l’utilisation par Pierre Elliott Trudeau d’un projet de loi omnibus en 1969 qui a légalisé l’avortement et l’homosexualité. Et c’est ainsi que son fils, Justin Trudeau, vient d’adopter une loi visant à éliminer notre accès aux compléments alimentaires naturels en cachant les changements apportés à la loi au plus profond du projet de loi d’exécution du budget des libéraux, le projet de loi C-47.

“Omni” signifie “tout”. Un ours grizzly est un omnivore. Cela signifie qu’il mange de tout. Un projet de loi omnibus intègre un certain nombre de mesures sans rapport entre elles et cache des clauses très désagréables ou impopulaires dans un seul projet de loi qui contient suffisamment d’articles appétissants pour être adopté. Le projet de loi C-47 comporte des sections traitant du nouveau régime de soins dentaires du Canada, de l’immigration, des banques, des gaz à effet de serre, des droits des voyageurs aériens, de l’impôt sur le revenu et. . . des nouvelles restrictions gouvernementales sur les suppléments de santé naturels. Chaque projet de loi budgétaire est considéré comme une motion de confiance et doit être adopté par le gouvernement qui le présente. Si le parti au pouvoir présente un budget qui est rejeté par une majorité de députés, cela aurait le même effet qu’une motion de censure et entraînerait la dissolution du Parlement et des élections générales pour remplacer le gouvernement.

Pour cette raison, les membres du parti au pouvoir sont censés soutenir aveuglément un budget présenté par leur propre gouvernement. Dans le Canada d’aujourd’hui, le Premier Ministre s’attend essentiellement à ce que chaque député néo-démocrate appuie également son budget. Et c’est ainsi qu’ils firent.

Ces députés n’ont peut-être pas lu les articles 500 à 504 du projet de loi C-47 dans lesquels le Premier Ministre et sa ministre des Finances, Chrystia Freeland, ont donné des indices selon lesquels les exemptions actuelles qui permettent aux produits de santé naturels d’être traités différemment des médicaments pharmaceutiques peuvent être supprimées à tout moment par décret. Lorsque cela se produira, les nouvelles réglementations de Santé Canada appliqueront des règles si strictes pour les vitamines et les suppléments que, à moins qu’elles ne soient annulées, aucun magasin d’aliments naturels ou fournisseur de produits naturels ne pourra survivre. Mais qu’ils aient lu ou non ces clauses (ou qu’ils les aient comprises, car elles étaient loin d’être claires), les députés libéraux et néo-démocrates ont unanimement promulgué un programme visant à remplacer les produits de santé naturels par des produits pharmaceutiques, donnant encore plus de pouvoir et de richesse aux géants pharmaceutiques qui dominent le processus décisionnel en matière de soins de santé au Canada depuis trois ans.

L’un des aspects de cette législation oppressive et des règlements de Santé Canada qu’elle permettra est qu’elle traite les suppléments naturels courants - à base de plantes, biologiques et utilisés dans la guérison traditionnelle depuis des siècles - comme l’équivalent de concoctions chimiques artificielles qui ont été conçues en laboratoire, fabriquées dans une usine et brevetées pour générer un maximum de profits pour d’énormes multinationales.

Ce projet de loi place également sur chaque fournisseur de suppléments naturels traditionnels la responsabilité de mener des tests coûteux sur des herbes simples pour déterminer la sécurité et l’efficacité. Ces tests à eux seuls peuvent parfois coûter un milliard de dollars, ce qu’aucun magasin d’aliments naturels ou fournisseur de produits naturels ne peut se permettre. Santé Canada cherche également à imposer de lourdes amendes (5 millions de dollars par jour) aux entreprises qui ne se conforment pas. C’est particulièrement onéreux par rapport aux tests d’innocuité minimaux effectués sur les vaccins à ARNm si récemment et avec tant de désinvolture imposés aux Canadiens. . . injections qui ont été mandatées par le gouvernement sans aucune responsabilité pour les développeurs, les producteurs et les promoteurs.

Les sociétés pharmaceutiques ont engrangé leurs énormes profits ces trois dernières années parce qu’elles ont pu breveter leurs vaccins. Avec un brevet, une seule société peut contrôler l’accès aux médicaments et augmenter les prix sans concurrence. Comment breveter l’écorce de saule blanc, le ginseng ou l’aloe vera ? Il ne fait aucun doute que les sociétés géantes essaieront, si elles peuvent d’abord éliminer l’industrie des compléments alimentaires, les magasins d’aliments naturels des petites villes et les cultivateurs d’herbes biologiques.

Ce n’est un secret pour personne que les grandes entreprises font pression sur le gouvernement pour protéger leurs profits et approuver leurs monopoles. Le fait que certains politiciens bénéficient personnellement de la domination du marché de certains acteurs de l’industrie est également bien connu. Mais quand des politiciens grossiers jouent avec la vie et la santé des citoyens canadiens en faisant la promotion de leurs amis d’affaires et en piétinant les entrepreneurs honnêtes. . . lorsqu’ils enlèvent (encore une fois) le droit des Canadiens de faire leurs propres choix en matière de soins de santé en éliminant les produits naturels sûrs dont dépendent de nombreux Canadiens, c’est un comportement qui n’a pas sa place au Parlement Canadien.

Les Canadiens ont été trompés et induits en erreur trop de fois par un Premier Ministre corrompu qui prétend vouloir ce qu’il y a de mieux pour les Canadiens, mais qui a prouvé à maintes reprises qu’il ne sert que ses propres intérêts. Le fait que ses propres députés libéraux et leurs collègues néo-démocrates appuient ses actes scandaleux est condamnable. Ils se vantent du régime dentaire qu’ils ont négocié; mais les gens apprécieront-ils vraiment leurs dents quand ils ne peuvent pas se permettre la nourriture à mâcher avec eux?

Il y a beaucoup de choses qui ne vont pas avec notre Premier Ministre actuel et son gouvernement de coalition. Mais l’interdiction - par subterfuge - des suppléments de santé naturels est un outrage qu’AUCUN Canadien ne devrait accepter. Shawn Buckley est un éminent avocat constitutionnel menant la charge d’abroger les articles 500 à 504 du projet de loi C-47 et de lutter contre les nouveaux règlements proposés par Santé Canada. Vous pouvez écouter ses explications et ses arguments ici ou lire son document de discussion très instructif ici (PDF). Nous devons arrêter le pillage de nos libertés par les pirates à Ottawa. Avec suffisamment de pression publique, le gouvernement pourrait céder à contrecœur. Ils ne doivent pas gagner par défaut. Le PHC du Canada défend le droit des Canadiens de choisir des produits de santé naturels et de déterminer leurs propres choix médicaux.



Download PDF Version

Share to Gab

Other Commentary by Taylor: