Contact us now: Phone: +111111111

CHP

Commentary

« Roe vs qui »?

Tue, May 10, 2022   |   Author: Vicki Gunn   |   Volume 29    Issue 19 | Share: Gab | Facebook | Twitter   

L’un des articles les plus controversés de la semaine dernière a peut-être été le document américain divulgué autour de « Roe vs Wade. » Les agences de presse ont rapporté, à un monde horrifié, que les droits des femmes étaient attaqués.

C’est incroyable que cela fasse du bruit au Canada alors que c’est une loi américaine qui est en discussion. Pourquoi les pro-avortement canadiens s’inquiètent-ils d’une loi américaine? Pourquoi cette décision judiciaire divulguée de « Roe vs qui » affecte-t-elle l’un d’entre nous ici au Canada?

Pourquoi, aussi, le Premier Ministre Trudeau, Premier Ministre du Canada, répond-il en disant aux Canadiens que « le droit de choisir est un droit de femme et un droit de femme seulement, » alors que c’est la Cour suprême des États-Unis qui pourrait invalider leur affaire judiciaire américaine qui a créé un précédent il y a près de 50 ans. Ce n’est pas sous le contrôle de la Cour suprême du Canada ou du gouvernement canadien.

M. Trudeau a-t-il un intérêt direct dans la loi américaine ? Pourquoi cette controverse américaine pousse-t-elle les Canadiens à descendre dans la rue avec des photos de cintres?

Le PM Trudeau nous assure qu’en tant que Canadiens, nous serons toujours autorisés à tuer nos propres enfants à naître. Il a déclaré : « Nous devons veiller à ce qu’il y ait des protections en place afin que nous ne voyions jamais les gens revenir sur ce droit [le « droit » de tuer l’enfant à naître]. »

Bien sûr, il n’y a jamais eu de droit légal ou moral de tuer votre enfant, et il n’y a jamais eu de loi rédigée qui permettrait aux femmes canadiennes de tuer leurs enfants, mais . . . nous ne voudrions pas que cette vérité gêne un bon moment de drame pour notre professeur d’art dramatique en chef.

Le mouvement pro-avortement est maintenant ébranlé parce que beaucoup d’entre eux ont confondu être égal avec être le même. Les hommes n’ont pas à s’inquiéter de tomber enceinte, il n’est donc pas juste (disent-ils) que les femmes soient les seules à devoir réfléchir aux conséquences des rapports sexuels. . . la biologie est vraiment injuste.

Lorsqu’un ami d’un enfant reçoit le dernier jouet et que votre enfant reçoit un jouet similaire moins cher, nous rappelons tous rapidement aux enfants que « la vie n’est PAS toujours juste. » Mais, ce sont des trucs d’enfants. En tant qu’adultes, nous attendons souvent des résultats égaux plutôt que des chances égales.

Si je m’engage dans des relations sexuelles occasionnelles, ma biologie ne devrait pas me gêner, bien qu’elle le doive dans la mesure où seules les femmes ont des avortements. C’est tellement injuste!

En rejetant notre propre constitution biologique donnée par Dieu, nous ne pouvons pas nous empêcher de constater que tout est injuste. Pour être honnête, j’aimerais être beaucoup plus jeune. J’ai envisagé de demander au gouvernement de l’Ontario de changer la date de mon certificat de naissance. Je pense que j’aimerais m’identifier comme une femme de 35 ans. Bien sûr, les rides sur mon visage contredisent cette affirmation, mais il n’est pas juste que mon âge biologique soit supérieur à celui de tant de personnes âgées de 35 ans. Ce n’est pas juste!

Il est également ridicule d’affirmer qu’un bébé à naître n’est pas un humain. Qu’est-ce que c’est? Un chien? Un chat? Peut-être, un cheval ? Nous sommes des êtres humains biologiques et nos descendants sont des êtres humains biologiques. Les Canadiens s’attendent à ce que ceux qui exercent des fonctions politiques soient des êtres humains relativement intelligents et raisonnables. Pourquoi alors la simple biologie confond-t-elle tant d’entre eux ? Nous ne nous attendons pas à ce qu’un érable crée des graines pour un pin; nous ne nous attendons pas non plus à ce qu’un hamster donne naissance à un cheval. Nous avons compris.

La vraie question est: “Si une femme est enceinte d’un bébé, est-il acceptable d’éviscérer le bébé avec le consentement impitoyable de sa mère parce que ce n’est pas pratique, pour une raison quelconque, de porter l’enfant à terme?”

Avec la vraie question à l’esprit, les législateurs ont-ils le droit d’autoriser un citoyen à assassiner?

Eh bien, dans une société qui attend des résultats égaux, si c’est bien de tuer un être humain, c’est bien d’en tuer un autre. Après tout, fonder la décision de tuer ou de ne pas tuer sur l’âge est âgiste et, par conséquent, injuste. On devrait pouvoir tuer n’importe qui. . . sauf que ce n’est pas le même résultat pour la victime et l’agresseur. L’un est mort et l’autre non.

De la même manière, baser la décision sur la personne gênante met en danger nos parents âgés, car ils peuvent devenir gênants pour le système. Mais, pour être juste, avec des résultats égaux, l’inconvénient est l’inconvénient - donc, nous tuons quel que soit l’âge OU nous n’autorisons le meurtre à aucun âge.

Évidemment, il est ridicule de baser la définition légale du meurtre sur le fait que la victime est gênante ou non. Pourtant, les Canadiens le font. Les Canadiens regardent une foule de pro-avortements, qui ont fait les manchettes, agitant des cintres et réclamant des commodités, ce qu’une grossesse n’est pas; réclamant l’égalité des résultats d’une rencontre sexuelle, ce qui ne peut pas être. (La femme peut tomber enceinte - l’homme non, peu importe l’orgueil qui est publié sur « l’égalité des sexes »).

« Wade » dans « Roe vs Wade » était l’État du Texas. Ce n’était pas le pays du Canada. « Roe vs Wade » n’a aucune portée légale pour les Canadiens. L’indignation au Canada est fondée sur la crainte que les bébés soient reconnus comme des êtres humains. Lorsque cela se produira, les Canadiens seront obligés de regarder en face nos enfants assassinés et de prétendre que nous ne savions pas que c’était mal de les massacrer. Quand nous ne pouvons pas nous convaincre, comment gérons-nous la culpabilité collective qui accompagne cette prise de conscience?

Le PHC du Canada sera à la Marche pour la vie, à Ottawa et Victoria, le 12 mai et à Toronto, le 13 mai. Nous espérons vous y voir.

Rejoignez la bataille pour la vie aujourd’hui; Joignez-vous au PHC du Canada.



Download PDF Version

Share to Gab

Other Commentary by Vicki Gunn: