Contact us now: Phone: +111111111

CHP

Commentary

Que vient-il de se passer?

Tue, September 28, 2021   |   Author: Rod Taylor   |   Volume 28    Issue 39 | Share: Gab | Facebook | Twitter   

Le 20 septembre 2021, des millions de Canadiens se sont rendus aux urnes pour exprimer leur opinion sur le type de gouvernement qu’ils souhaitent. C’est du moins ce qui devait arriver. À un coût de plus de 600 millions de dollars—certains disent que c’était plus d’un milliard—les Canadiens ont voté pour que tout reste plus ou moins tel quel. Un gouvernement libéral minoritaire, avec un Premier Ministre arrogant et pétulant à sa tête, continuera à promouvoir l’avortement, l’euthanasie, la confusion des genres et les passeports vaccinaux.

Au cours de la campagne, les trois plus grands partis fédéraux — les libéraux, les conservateurs et le NPD — ont promis à divers groupes démographiques qu’ils dépenseraient de plus en plus de l’argent des contribuables pour des projets qui, selon eux, trouveraient un écho auprès de ces groupes. Tout en défendant les blocages qui ont paralysé l’économie et les paiements de PCU qui étaient censés indemniser ceux qui ont perdu leur emploi ou leur entreprise à cause de COVID, ils ont continué à promouvoir des passeports vaccinaux inconstitutionnels comme moyen de remettre la société en bonne santé.

L’achat de voix en promettant de dépenser l’argent des contribuables continue de fausser les résultats électoraux. Des promesses de fournir des services de garde d’enfants subventionnés par le gouvernement aux promesses de remédier au « changement climatique » en ajoutant de nouvelles taxes sur le carbone, il semble que la majorité des électeurs canadiens n’aient toujours pas compris le principe le plus fondamental concernant les dépenses gouvernementales. . . le fait que les gouvernements N’ONT PAS D’ARGENT ! En fait, c’est pire que ça; ce n’est pas seulement vrai que les gouvernements n’ont pas d’argent, mais le gouvernement fédéral d’aujourd’hui est déjà endetté de 1 000 milliards de dollars ! Chaque dollar promis pour un programme fédéral est un dollar emprunté.

Et les médias ? Et les sondages ? Que s’est-il passé lorsque les canadiens sont allés chercher des renseignements sur leurs candidats et les partis qu’ils représentaient?

Les médias ont continué comme par le passé, mais peut-être avec plus d’abandon. Radio-Canada, notre radiodiffuseur national financé par les contribuables, a continué de tromper le public; selon les mots de Brian Lilley, « ... les libéraux en ont pour leur argent. » Ils perpétuent la fiction qu’il n’y avait que 5 ou 6 partis à considérer. Leur tristement célèbre « boussole électorale » prétendait être un endroit où les électeurs pouvaient comparer leurs priorités personnelles à celles des partis avec des candidats sur le bulletin de vote. Malheureusement, ils n’ont pas inclus d’informations sur 14 des 20 partis fédéraux enregistrés, y compris le Parti de l’Héritage Chrétien. Leur présomption est devenue l’hypothèse de nombreux électeurs. Pour beaucoup trop d’électeurs, s’ils ne voyaient pas un chef de parti aux nouvelles du soir, ils pensaient que ce chef, ce parti et les candidats qui le représentaient n’étaient pas des alternatives viables et ne méritaient pas d’être sérieusement pris en considération. Cette discrimination passive a été encore démontrée par l’exclusion de tous les chefs de parti, à l’exception de quelques-uns, des débats télévisés des chefs.

Le Parti populaire de Maxime Bernier est un parti qui a considérablement gagné du terrain malgré la tournure négative des médias. Bien qu’ils n’aient toujours pas remporté un seul siège, ils ont obtenu une part importante des voix, principalement des électeurs canadiens qui réagissaient à l’imposition tyrannique de « passeports vaccinaux » et à d’autres formes de manipulation coercitive de la conformité.

Cette vague de soutien à la liberté personnelle et aux droits constitutionnels était encourageante à un certain niveau, mais contenait un élément doux-amer qui, nous l’espérons, pourra être corrigé avant les prochaines élections fédérales. Bien que le Parti populaire n’ait pas bénéficié d’un traitement médiatique égal à celui reçu par les Trois Grands, il a reçu un temps d’antenne important, ce qui lui a conféré un avantage de crédibilité. Les rassemblements très fréquentés de Max et ses stratégies de campagne bien organisées et bien financées ont été une bonne partie de son succès, mais des apparitions régulières dans les médias grand public et alternatifs ont renforcé l’impression que lui et le PPC allaient faire des gains significatifs dans les sondages. . . et ils ont fait.

La remarque décevante à cela était l’affirmation répétée de Max avant et pendant la campagne selon laquelle le PPC était « le seul parti » à défendre la liberté ou à s’opposer à la taxe sur le carbone ou à s’opposer aux passeports vaccinaux intrusifs. Ces déclarations – répétées par les candidats du PPC et souvent par ceux qui les soutiennent – étaient tout simplement fausses, car le Parti de l’Héritage Chrétien a pris exactement la même position sur ces questions. Cependant, l’impression que le PPC était seul sur ces questions, combinée à son élan évident dans les sondages, leur a donné . . . un nouvel élan dans les sondages.

Je pense que chaque candidat du PHC savait que de nombreux votes qui auraient pu aller au PHC ont été donnés au PPC. Ce que l’on ne sait pas, c’est dans quelle mesure les électeurs qui ont marqué leur bulletin de vote pour le PPC se considéreraient comme pro-vie. Il s’agit d’une distinction importante entre les politiques écrites du PPC et celles du PHC. Le Parti de l’Héritage Chrétien a à la fois « la protection de la vie humaine innocente de la conception à la mort naturelle » et « la restauration du mariage entre un homme et une femme » en tant que politiques écrites. Le PPC n’a ni l’une ni l’autre car il n’a pas formellement débattu ou adopté ces questions lors d’une convention politique. Pour l’instant, ils ont les priorités personnelles de Maxime Bernier comme éléments centraux de la politique du parti et on ne sait pas combien de candidats, de partisans et d’électeurs ont beaucoup réfléchi à la position du PPC sur ces sujets très importants.

La réalité écrasante de cette campagne électorale est que la plupart des Canadiens n’en voulaient pas, cela a coûté beaucoup d’argent, et le résultat final a été un gouvernement très semblable à celui qui vient de se dissoudre il y a 6 semaines. Que Dieu aide notre terre troublée!

Je tiens à remercier personnellement chacun de nos candidats PHC qui se sont présentés sur notre bannière de la vie ! la Famille! et la Liberté ! Vos efforts au cours de cette campagne ont été importants, même si les résultats ont été bien en deçà de vos propres attentes. Les électeurs canadiens ont encore besoin de vous entendre. Nous ne pouvons pas tomber dans le piège de la sirène de promettre de l’argent au lieu de proclamer la vérité. Le Canada a encore besoin des valeurs bibliques qui faisaient autrefois la grandeur de notre nation. Notre volonté de dire la vérité quel que soit le coût politique est ce qui nous distingue. Nous devons continuer à être sel et lumière ; les générations à venir ont besoin de la vérité!

Si vous n’avez pas adhéré au seul parti politique qui défend vraiment la Vie ! la Famille! et la Liberté! aujourd’hui c’est le jour ! Joignez-vous au PHC Canada!



Download PDF Version

Share to Gab

Other Commentary by Rod Taylor: