la Loi sur l’avortement sélectif en fonction du sexe.

" />
Contact us now: Phone: +111111111

CHP

Commentary

O’Toole, Trudeau et Singh sont tous d’accord : « C’est OK de tuer des bébés filles ! »

Tue, June 08, 2021   |   Author: Rod Taylor   |   Volume 28    Issue 23 | Share: Gab | Facebook | Twitter   

Le 2 juin 2021, les députés canadiens ont voté massivement CONTRE le projet de loi d’initiative parlementaire C-233 de la députée d’arrière-ban Cathay Wagantall, la Loi sur l’avortement sélectif en fonction du sexe. Ce faisant, ils ont voté contre l’octroi d’une quelconque protection aux bébés filles à naître qui sont sélectionnées pour l’avortement uniquement parce qu’elles sont des femmes. Les contradictions philosophiques nécessaires pour voter contre l’intérêt supérieur des femmes tout en se disant « féministes » sont assez complexes.

Ce vote a vraiment exposé les contorsions que subiront les députés et les partis politiques pour tenter d’apaiser les idéologues de gauche et d’éviter l’éléphant qui, en passant, est toujours dans la salle. Par une majorité écrasante de 248 voix contre 82, les députés de TOUS les partis de la Chambre ont choisi la position politiquement correcte et moralement erronée selon laquelle “le droit d’une femme de choisir” l’emporte sur toute préoccupation concernant “le droit d’une femme à naître.” Dans le débat, les clichés vieux et dépassés sur le choix d’une femme ont été répétés encore et encore, tandis que l’injustice de permettre à un mari ou à un autre membre de la famille de décider si une fillette à naître devait être tuée était complètement ignorée.

Avant d’aller plus loin, nous aimerions remercier la députée Cathay Wagantall d’avoir présenté et défendu avec compétence C-233. Dans le climat politique actuel et avec son chef de parti, Erin O’Toole, qui s’oppose à elle dans cette bataille cruciale, elle mérite les remerciements de tous les pro-vie du pays. Elle s’est taillée une réputation de politicienne de principe qui s’engage à servir les Canadiens, nés et à naître, au-dessus de leurs objectifs de carrière personnels. Elle sera récompensée dans l’éternité pour ses efforts fidèles.

Ensuite, pour le bénéfice de ceux qui espèrent encore du bien de la direction d’Erin O’Toole au sein du Parti conservateur, nous devons affronter les faits. Erin O’Toole, comme le Premier Ministre Justin Trudeau, a voté contre la protection des bébés filles contre l’avortement sélectif en fonction du sexe. Cela n’a pas été une grande surprise, car il avait déjà fait une déclaration très publique promettant de le faire. Alors qu’il a théoriquement permis à ses députés de voter librement, son opposition au C-233 a certainement réduit la probabilité que les députés conservateurs le soutiennent.

Ce qui est choquant à propos de ce vote en particulier, c’est que CHAQUE député de chaque parti aurait dû pouvoir le soutenir, quelle que soit son affiliation politique et quelle que soit sa position générale sur l’avortement. Parce que ce projet de loi portait sur le meurtre délibéré d’un enfant dans l’utérus en fonction de son sexe uniquement (les femmes sont les victimes habituelles), 84 % des Canadiens ont appuyé cette loi et s’opposent à l’idée d’avorter pour cette raison. Il semble non seulement immoral mais politiquement insensé de voter contre cette proposition très modeste. Pourtant, 100 % des députés néo-démocrates, bloquistes et libéraux qui se sont présentés ont voté contre le C-233. Bien sûr, dans ces partis, il faudrait un courage inhabituel pour voter contre la politique du parti. Le député libéral John Mackay – connu, avant l’ère Trudeau, comme un pro-vie – a choisi de ne pas être présent pour le vote. C’est dommage. Sa voix en faveur des innocents et des vulnérables aurait été un encouragement. . . mais il a choisi de se retirer de la salle plutôt que de faire face à la discipline du parti. Quelle tristesse! Je pense qu’il devrait rejoindre un parti où ses opinions pro-vie seraient appréciées, pas étouffées.

La suppression qu’il supporte vient du Premier ministre lui-même, qui se prétend « féministe » et fait fréquemment référence au meurtre de masse tragique de 14 femmes à l’École Polytechnique de Montréal en 1989 pour renforcer ses références. L’idée que des milliers de filles à naître soient tuées chaque année simplement parce qu’elles sont des filles ne l’émeut apparemment pas du tout. Tant pis pour le féminisme libéral.

Jagmeet Singh, chef du NPD, a certes fait connaître son point de vue avant le vote, mais il a également choisi de ne pas être présent. Il a laissé les députés néo-démocrates de la base faire le sale boulot à sa place. Comme Trudeau et O’Toole, il pense évidemment que sa carrière politique est plus importante que la vie des petites filles.

Sur les 119 députés conservateurs de la Chambre, seulement 68 % d’entre eux ont voté en faveur du projet de loi de leur collègue. Même s’ils formaient un gouvernement majoritaire à l’avenir, sous la direction d’O’Toole, ils ne seraient jamais en mesure d’adopter une loi pro-vie. Parmi les députés conservateurs qui ont soutenu le projet de loi, considérez ceci : 31 des 81 conservateurs qui ont soutenu C-233 ont également soutenu la nomination d’Erin O’Toole en 2020, lorsqu’il s’est présenté en tant que chef de file concurrent pro-choix (pro-avortement) ou Peter Mackay, qui était encore plus à gauche. Quand je regarde la liste des députés qui ont soutenu O’Toole ou Mackay plutôt que le député pro-vie Derek Sloan, je me demande comment ils s’attendaient à ce que l’élection d’un chef qui défendait activement une position anti-vie puisse jamais conduire à un bon résultat à la Chambre des communes. Dans l’état actuel des choses, toute probabilité que le Parti conservateur affaibli et en conflit remporte la victoire aux prochaines élections a disparu. Le compromis dans la course à la direction en 2020 a garanti un compromis sur les questions morales en 2021.

Encore une fois, nous remercions la députée Cathay Wagantall pour son bon travail et ses sacrifices pour amener le C-233 à la Chambre. C’était un noble effort. Nous remercions également tous les députés qui l’ont soutenu, y compris, bien sûr, l’indépendant Derek Sloan.

Pour un parti qui est sans équivoque et unanimement pro-vie, nous vous invitons à vous joindre au Parti de l’héritage chrétien du Canada. Nous ne ferons aucun compromis sur les questions morales ! Visitez-nous à chp.ca/fr/.



Download PDF Version

Share to Gab

Other Commentary by Rod Taylor: