Contact us now: Phone: +111111111

CHP

Commentary

Deux projets de loi plus proches d’une dictature communiste

Tue, May 02, 2023   |   Author: Taylor   |   Volume 30    Issue 18 | Share: Gab | Facebook | Twitter   

Commençons par le projet de loi C-11 (censure en ligne), qui nous arrive comme un accident de train au ralenti depuis avant les dernières élections fédérales. Il a finalement été adopté au Sénat, pour la deuxième fois, lorsque les sénateurs lui ont donné le feu vert, malgré le fait que les amendements qu’ils ont proposés lorsqu’ils leur sont parvenus pour la première fois ont été catégoriquement rejetés par la coalition libérale/néo-démocrate à la Chambre.

Après avoir reçu la sanction royale, la C-11 devient la loi du pays et sera utilisé, sans aucun doute, pour censurer l’opinion politique qui contredit les points de discussion des libéraux. La Chambre des libéraux et des néo-démocrates avait rejeté un amendement du Sénat visant à protéger les droits à la liberté d’expression des utilisateurs des médias sociaux, bien que le gouvernement ait depuis déclaré – de manière informelle – que ces droits seraient maintenus. Compte tenu de leur histoire et du fait qu’ils se sont opposés à ce que ces droits soient inclus dans le projet de loi, cela semble très probablement une promesse creuse. S’ils ont été disposés à violer les droits et libertés garantis par la Charte, une affirmation de bonne volonté sans engagement écrit ne suffit pas à rassurer les opposants au régime socialiste actuel que notre droit d’exprimer des préoccupations sera respecté.

Donc la C-11 est un autre clou dans le cercueil. Le CRTC (Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes), dominé par la gauche, est désormais l’arbitre de facto de la vérité pour le contenu Internet canadien. On se demande pourquoi le Sénat – la « Chambre de second examen objectif » – a adopté ce projet de loi au sujet duquel de nombreux sénateurs avaient initialement soulevé des inquiétudes. La réponse à cela réside dans le fait que le Premier Ministre Trudeau a maintenant nommé 66 sénateurs canadiens pendant son mandat. Il y a actuellement 16 postes vacants sur les 105 sièges potentiels du Sénat. Alors que M. Trudeau a fait semblant de dissoudre le caucus libéral au Sénat, toutes ses personnes nommées ont été choisies pour leurs opinions «progressistes,» et il peut compter sur elles pour soutenir ses actions législatives. Malheur au Canada ! Même après les prochaines élections fédérales, tout changement positif à la Chambre des communes sera miné par les penchants socialistes prédéterminés des sénateurs dits « indépendants. »

Alors quoi d’autre est en train de tomber sur le brochet? Un projet de loi - parmi plusieurs - qui me préoccupe vraiment est le projet de loi du Sénat 233 (Revenu de base universel ou RBU), présenté par la sénatrice Kim Pate le 16 décembre 2021. Son projet de loi a mijoté en arrière-plan tout ce temps, mais a été adopté en deuxième Lecture le 18 avril 2023. Le projet de loi redistribuerait chaque année 24 000 $ provenant des revenus versés par les contribuables canadiens à chaque résident canadien de plus de 17 ans, y compris les réfugiés et les immigrants, et n’aurait aucun contrôle selon que l’individu travaillait ou non, cherchait à travailler ou à aller à l’école. Cela inclurait des conditions de ressources, de sorte que ceux qui gagnent déjà un certain niveau de revenu ne recevraient pas la prestation, mais les critiques - comme moi - soutiennent que cela créerait automatiquement des désincitations à travailler, à chercher un emploi ou à gagner plus que le seuil fixé par le gouvernement. Il existe des estimations du coût de mise en œuvre de ce plan qui vont de 47,5 milliards de dollars à 464 milliards de dollars par an.

L’écart dans ces estimations découle en grande partie de l’étendue et de l’application des conditions de ressources et de l’impact inconnaissable d’un revenu vital garanti sur le comportement humain. Les partisans du projet de loi S-233 comptent sur les Canadiens qui travailleront fort malgré la tentation de s’asseoir sur le divan; ils font également confiance aux attentes générées par ordinateur selon lesquelles une allocation de subsistance inconditionnelle réduirait les coûts médicaux et de police jusqu’à 8,5%. Nous connaissons tous les prédictions générées par ordinateur concernant le changement climatique et les vaccinations. À mon avis, la nature humaine - si elle a le choix - aura tendance à dépendre davantage de l’État et à être moins motivée à déployer des efforts inutiles pour survivre.

Mme Pate pense en particulier que la suppression de l’anxiété des personnes à faible revenu réduira la maladie mentale et la criminalité. Je suppose que le contraire est vrai. L’humanité a été créée à l’image de Dieu, le travail étant une chose pour laquelle nous sommes conçus. Le travail n’est pas seulement un moyen d’obtenir un chèque de paie. En tant qu’individus, nous trouvons satisfaction et épanouissement dans notre travail, et ceux qui ne travaillent pas manquent un élément incroyable dans leur développement mental et émotionnel. L’oisiveté peut conduire à l’ennui et à la consommation de drogues qui, à leur tour, contribuent au stress mental.

Le but ultime de la censure et du bien-être universel est une société contrôlée par l’État : incapables de manifester pacifiquement et dépendants du gouvernement pour leurs besoins fondamentaux, les citoyens deviendront essentiellement des esclaves de l’État. L’économie en souffrira inévitablement, et les phrases retentissantes sur la justice et l’égalité ne seront que des slogans dénués de sens dans une nation sans vérité ni liberté et sans les ingrédients nécessaires de créativité et d’initiative personnelle.

Les objectifs de notre gouvernement actuel sont évidents pour ceux qui n’ont pas été aveuglés par leur propagande. Vous pouvez nous aider à combattre et renverser cette tendance en nous rejoignant ou en nous soutenant sur chp.ca/fr.



Download PDF Version

Share to Gab

Other Commentary by Taylor: