Contact us now: Phone: +111111111

CHP

Commentary

Cette élection - Tenir les politiciens pour responsables!

Tue, July 13, 2021   |   Author: Vicki Gunn   |   Volume 28    Issue 28 | Share: Gab | Facebook | Twitter   

Vous êtes-vous déjà demandé quelle est la différence entre le processus de réflexion d’un fiduciaire et celui de votre Canadien moyen ? En tant que personne dans notre maison qui équilibre le budget, je peux dire sans risque qu’il y a une énorme différence.

En moyenne, comme Canadienne de chaque jour, quand je décide que je veux acheter quelque chose, je vérifie si je peux me le permettre. Si je ne peux pas me le permettre, alors je me débrouille avec la situation actuelle jusqu’à ce que je puisse me le permettre.

Je suis sûr que vous pouvez vous rapporter à ce raisonnement!

D’un autre côté, lorsqu’un fiduciaire canadien, qui n’a jamais eu à se soucier de la budgétisation, a un besoin, il n’y a pas d’autre souci que d’aller de l’avant et de le réaliser. Il n’y a aucune considération pour les répercussions financières car, pour l’esprit non entraîné, l’argent est juste là ! Cela a toujours été, sera toujours, il n’y a pas d’autre explication ; ils ont un besoin, alors ils le comblent.

Je suis sûr que vous avez déjà réalisé que je parle de notre « fiduciaire de Premier ministre ». Comme Marie-Antoinette, sa compréhension des réalités financières est limitée. . . très limitée. Alors que de nombreux Canadiens ont du mal à joindre les deux bouts, il résout le problème de la faim avec la solution expansive et ignorante « Laissez-les manger du gâteau ». Sa vie a été financée par la richesse de son grand-père; cela le maintient dans le luxe, mais déconnecté de la réalité financière. Nous savons tous qu’à long terme, les déficits nuisent aux Canadiens; il ne sait pas ou s’en fiche.

“Lorsque les provinces sont prises en compte, les déficits budgétaires canadiens devraient terminer l’année (2020) à environ 20 pour cent du PIB, ce qui sera le quatrième niveau le plus élevé au monde, selon un récent rapport du FMI cité par Bloomberg.”

Wow! « Quatrième plus élevé au monde ! » Il s’agit de notre classement annuel du déficit par rapport au PIB (produit intérieur brut). Lorsque l’on considère le ratio dette/PIB cumulé, la situation est encore pire : notre dette nationale s’élève à 88 % de notre productivité annuelle.

Notre premier ministre a dit un jour : « le budget s’équilibrera de lui-même ». Là est la source du problème. Notre premier ministre n’a jamais eu à se demander comment il allait payer ses factures. . . il pouvait compter sur son héritage, la fortune de son grand-père, pour le couvrir. Mais la plupart des Canadiens n’ont pas des tas d’argent laissés par leurs grands-pères. La plupart d’entre nous se battent jour après jour pour essayer de gagner suffisamment d’argent pour nourrir, vêtir et abriter nos familles. Cela se fait au milieu d’une augmentation des impôts ; notre premier ministre n’a aucune idée de l’impact de ces coûts sur la famille moyenne.

Peut-être qu’il suppose que vous avez obtenu une augmentation de 10 % de votre salaire pour couvrir l’augmentation des impôts, n’est-ce pas ? Ou bien, votre entreprise a enregistré une augmentation de plus de 10 %, alors qu’elle était fermée en raison de la pandémie, n’est-ce pas ? Vous n’avez pas les moyens de vous offrir du pain ? “Qu’ils mangent du gâteau.” En réalité, nous ne pouvons pas nous permettre de « gâteau » car l’inflation a déjà fait monter les prix, et ce n’est que le début.

« … le gouvernement fédéral a annoncé ses chiffres d’inflation les plus élevés en une décennie, le dernier d’une tendance mensuelle de croissance rapide des prix. L’indice des prix à la consommation (IPC) du Canada a augmenté de 3,6 % en mai, marquant la hausse annuelle la plus rapide depuis mai 2011, lorsque le monde se remettait d’une récession. Le coût global de la vie a bondi de 10 % par rapport à il y a un an. »

La taxe nationale sur le carbone de M. Trudeau a également entraîné une augmentation spectaculaire des coûts de l’épicerie, des voitures, de l’immobilier et du carburant! Certains experts pensent que la hausse des prix n’est que temporaire. D’autres mettent en garde contre une inflation galopante et une monnaie dévaluée, mais le Premier ministre essaie d’apaiser nos craintes en promettant de futurs rabais sur les taxes carbone. . . si vous pouvez survivre financièrement pendant encore quatre ans. « Trudeau a souligné que les rabais que les Canadiens recevront augmenteront également, une famille moyenne de quatre personnes en Ontario recevant 1 259 $ lorsque le prix du carbone atteindra 95 $ la tonne en 2025, pour atteindre 2 018 $ en 2030. »

Je frémis à cette pensée ! Je dois juste continuer financièrement jusqu’en 2025 pour avoir un peu de soulagement, et si ce n’est pas assez excitant, si je peux garder la tête hors de l’eau jusqu’en 2030, j’aurai un peu plus d’avantage!

Mais attendez! Il y a plus; pendant que nous gardons le nez sur la meule, M. Trudeau parcourt le pays en se frayant la voie pour sa réélection. Quelques millions de dollars ici, quelques millions de dollars là-bas. Plus 502 millions de dollars dépensés pour une élection dont nous n’avons ni besoin ni voulu. Quelqu’un devra payer pour ses largesses.

C’est exact. Il dépense aujourd’hui l’argent des impôts futurs de nos enfants en promesses électorales; il veut que les Canadiens se rendent aux urnes avant qu’ils ne prennent conscience du véritable coût de ses dépenses extravagantes.

Ce qu’il ne peut pas éviter, ce sont les effets financiers de l’impression d’argent sans rien en échange. En juin dernier, notre cote de crédit canadienne a été abaissée de AAA à AA+. Cela a une incidence sur le coût pour le Canada de continuer à emprunter de l’argent. Notre endettement fédéral, pour la toute première fois, dépasse 1,2 billion de dollars. Lorsque les taux d’intérêt augmenteront, le coût du service de cette dette montera également en flèche.

Bien qu’il y ait eu des circonstances atténuantes pendant la pandémie, la réaction libérale à cette crise a été totalement inacceptable. Alors que le PHC du Canada a demandé la fermeture de nos frontières en février 2020, en réponse à la pandémie imminente, notre gouvernement a reporté pendant des mois toute restriction significative sur les vols en provenance de Wuhan. Cela a été suivi de mois de restrictions déraisonnables pour les Canadiens rentrant des États-Unis

Alors que le PHC demandait que les malades soient protégés et que les personnes en bonne santé continuent de travailler, notre pays a été arbitrairement confiné, ce qui a entraîné l’éviscération des petites entreprises canadiennes. L’effet a été ressenti par les Canadiens moyens, mais aussi dans le monde entier alors que 41 millions de personnes font face à une famine imminente selon le Programme alimentaire mondial. Les chaînes d’approvisionnement mondiales sont toujours paralysées et de nouvelles pénuries de nourriture, de carburant et de matériaux de construction sont presque certaines.

Notre Premier ministre a le pouvoir de déclencher une élection, mais ne lui donnons pas un laissez-passer. Il a dévasté les finances des Canadiens pour les générations à venir et ne devrait pas être récompensé par un gouvernement majoritaire. Le Chef conservateur, Erin O’Toole n’a rien fait pour gagner votre confiance; en fait, il promet son propre système compliqué de taxe sur le carbone et de remboursement. Mais les candidats du PHC à travers le pays sont prêts à offrir aux Canadiens une alternative viable. Aidez-nous à trouver un bon candidat pour se présenter dans votre circonscription!

Il est temps que les Canadiens se lèvent et protègent l’avenir de nos enfants. Il est temps pour nous de demander des comptes de nos finances nationales. Il est temps pour nous de dire à ce « fiduciaire de Premier Ministre » que nous n’avons pas une bourse sans fond. Il est temps de protéger les valeurs fondamentales du Canada que sont la vie, la famille et la liberté.

Rejoignez-nous aujourd’hui! Faites de cette élection une où nous tenons les politiciens pour responsables!



Download PDF Version

Share to Gab

Other Commentary by Vicki Gunn: