Contact us now: Phone: +111111111

CHP

Commentary

Alliances impies

Tue, August 24, 2021   |   Author: Rod Taylor   |   Volume 28    Issue 34 | Share: Gab | Facebook | Twitter   

Il y a une énorme différence entre les alliés et les amis. « Un ami aime en tout moment », mais un allié ne peut être avec vous que tant qu’il est dans son intérêt de le faire. C’est une amère leçon que les civils afghans apprennent aujourd’hui à la suite de leur abandon par les troupes américaines et canadiennes. Les Afghans sont massacrés par milliers alors que les talibans – tenus en échec pendant des années et à grands frais en sang et en trésors – sont revenus en force et que les militaires occidentaux ont commencé à se retirer. En un laps de temps étonnamment court, les talibans revigorés ont capturé d’importantes villes stratégiques et cibles militaires.

Alors qu’on parle d’alliés et d’alliances, il faut faire quelques parallèles entre la relation parfois solide, parfois rocailleuse entre le Canada et son voisin au sud de la frontière. Les États-Unis et le Canada se sont battus en tant qu’alliés en Afghanistan. Mais les relations n’ont pas toujours été complémentaires. Stephen Harper, le Premier Ministre du Canada à une époque bien meilleure que celle dans laquelle nous nous trouvons maintenant, a dû endurer sept ans de présidence de gauche de Barack Obama. Lorsque l’homme d’affaires Donald Trump est entré à la Maison Blanche, il a dû supporter le professeur d’art dramatique qui était devenu le Premier Ministre du Canada en 2015. Ce furent des périodes de relations inconfortables de nation à nation, et le Canada a payé le prix d’avoir choisi un socialiste qui pose des selfies avec de beaux cheveux sur un homme d’affaires pragmatique avec au moins un certain respect pour le bureau qu’il a eu le privilège d’occuper.

Nous en payons encore le prix. Pendant l’ère Trump/Trudeau, nous avons vu un président américain confiant manger notre déjeuner. Des produits laitiers au bois d’œuvre en passant par l’aluminium, le Canada a subi des coups répétés, tandis que le Premier Ministre Trudeau a permis la fermeture de nos voies ferrées, la violation de nos frontières et la souillure de notre patrimoine culturel.

Non pas que Harper soit parfait. Sous son gouvernement soi-disant « conservateur », le Canada s’est endetté de 160 milliards de dollars. Les défilés de la fierté ont reçu le financement des contribuables. Les taux d’avortement domestique se sont poursuivis sans relâche. Pourtant, lorsque vous comparez ces jours avec notre style de gouvernement tyrannique actuel, les niveaux catastrophiques de déficit budgétaire, le financement gouvernemental accru des médias de gauche et la censure des opinions contraires, cela fait penser au « bon vieux temps » de juste il y a quelques années, alors qu’il y avait au moins des raisons occasionnelles d’être optimiste. Les événements de 2020, y compris les élections troublantes aux États-Unis en novembre dernier, ont encore assombri ces espoirs.

Lorsque des événements qui ont placé Joe Biden à la Maison Blanche et les démocrates socialistes à la tête de la Chambre et du Sénat des États-Unis se sont déroulés, c’était comme mettre à la fois la tyrannie et l’anarchie sur la numérotation rapide. C’est une alliance impie ! Et maintenant ça se passe des deux côtés de la frontière, en même temps.

Les politiciens dictatoriaux piétinent les libertés traditionnelles - comme la liberté d’expression, la liberté de réunion, la liberté de conscience - tandis que des foules sans foi ni loi enfreignent les lois d’une société civile en toute impunité. Des statues de personnages historiques éminents sont abattues, tandis que des policiers les observent impuissants. Le lendemain, les pasteurs prêchant à des fidèles sont emmenés en prison. Les immigrants illégaux - maintenant aux frontières sud du Canada et des États-Unis - entrent et sont traités avec hospitalité, tandis que les citoyens canadiens respectueux des lois qui reviennent par avion sont poussés vers des prisons de quarantaine.

L’ère Biden/Trudeau doit être la pire combinaison que nous ayons eu depuis très longtemps: tous deux socialistes, tous deux agressivement pro-avortement, tous deux promouvant activement la confusion des sexes et la division raciale, tous deux dépensant de l’argent emprunté en montants astronomiques, tous deux utilisant la couverture COVID pour mettre en œuvre un contrôle gouvernemental de haut en bas sur la vie privée des gens, tous deux ignorants des affaires étrangères et des affaires militaires, tous deux avec une mentalité voulant s’emparer d’armes, tous deux prêts à utiliser le pouvoir pour censurer l’opinion publique contraire à la leur. C’est vraiment une alliance impie.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, les Alliés se sont réunis pour résister à la tyrannie et défendre les innocents. Il s’agissait d’une grande alliance fondée sur des valeurs démocratiques partagées. Ils ont affronté les puissances de l’Axe qui avaient l’intention de subjuguer la planète. Aujourd’hui, les gouvernements nationaux du monde entier ont commencé à travailler ensemble pour imposer des règles internationales qui limiteront la capacité de leurs citoyens à s’exprimer librement, à voyager ou à participer au commerce.

L’alliance impie qui se forme actuellement entre « Big Government », « Big Tech », « Big Pharma », « Big Media » et « Big Bankers » est alarmante. Ils l’appellent eux-mêmes le “Nouvel Ordre Mondial”. Après avoir détruit les économies et les chaînes d’approvisionnement, ils disent que nous devons « reconstruire en mieux ».

Biden et Trudeau ont tous deux utilisé cette phrase et cela devrait vous faire frissonner. Comme l’a dit un jour le président Ronald Reagan, les mots les plus effrayants que vous puissiez entendre sont : « Je suis du gouvernement et je suis là pour aider. » Nous n’avons pas besoin d’un gouvernement plus socialiste, envahissant et intrusif contrôlant notre discours, donnant l’argent de nos impôts aux médias et aux groupes de défense qu’ils favorisent, nous forçant à participer à un programme d’injection expérimental ou à changer notre utilisation des pronoms. Ce dont nous avons besoin, c’est d’un gouvernement plus petit qui équilibrera le budget, assurera la sécurité des rues, sécurisera nos frontières et protégera des vies humaines innocentes.

On dirait le Parti de l’Héritage Chrétien. Rejoignez-nous sur chp.ca/fr.



Download PDF Version

Share to Gab

Other Commentary by Rod Taylor: