Contact us now: Phone: +111111111

CHP

Commentary

La carotte et le bâton de la conformité COVID

Tue, October 26, 2021   |   Author: Rod Taylor   |   Volume 28    Issue 43 | Share: Gab | Facebook | Twitter   

Les efforts pour motiver les gens peuvent presque toujours être vus en termes de récompense ou de punition. Les gens veulent faire quelque chose parce qu’ils s’attendent à recevoir un avantage ou parce que, s’ils ne le font pas, quelque chose de mal leur arrivera. Ceci est communément appelé la carotte et le bâton.

La plupart des gens respectent les panneaux de signalisation et les affiches de vitesse limite la plupart du temps parce qu’ils savent que le non-respect de ces consignes entraînera tôt ou tard une amende ou pire. Ces amendes seraient un bâton. . . une punition qui produit de la douleur, au moins dans le portefeuille.

Les gens peuvent développer une fidélité d’achat à une marque particulière parce qu’ils espèrent recevoir une récompense : des points bonus ou des prix réduits sur de futurs articles. “le jeu concours déroule le rebord” est une incitation à acheter du café chez Tim avec une chance de gagner quelque chose de valeur matérielle.

Parfois, le même élément peut être considéré comme une carotte ou un bâton. Il en est ainsi des passeports et des mandats de vaccination délivrés par les provinces avec l’approbation du gouvernement fédéral. Ceux qui s’y conforment sont informés qu’ils pourront voyager, dîner au restaurant, assister à des événements publics et participer à des activités dans des gymnases, des spas, etc. Ils pourront également conserver leur emploi et nourrir leur famille. Ceux qui refusent de prendre les injections (au moins deux, avec des rappels de suivi probablement à l’ordre du jour), se font dire qu’ils ne pourront PAS traverser la frontière, monter à bord d’un avion, aller au cinéma, manger au restaurant, etc. S’ils travaillent pour le gouvernement, ils ne pourront PAS conserver leur emploi, même s’ils ont investi des décennies dans le développement de leur carrière, même s’ils ont été des employés idéaux, même s’ils ont des familles à nourrir. La carotte c’est pouvoir reprendre ses activités suspendues par des mesures restrictives COVID. Le bâton c’est être exclu des activités que nous tenions tous pour acquis il y a seulement deux ans.

En cette période folle d’exclusion, de punition et de honte publique des non vaccinés, nous avons vu les gouvernements fédéral et provinciaux brandir le bâton avec peu d’inquiétude apparente pour les libertés que nous considérions autrefois comme sacro-saintes et aucune préoccupation pour les espoirs et aspirations déçus des milliers de familles touchées par leurs demandes insensibles. Le gouvernement fédéral a transféré une grande partie de la responsabilité de l’application aux provinces et les décrets fédéraux et provinciaux ont imposé une part importante de ce fardeau aux entreprises privées : compagnies aériennes, restaurants, cinémas. Même là, la carotte et le bâton s’appliquent.

On sait, par exemple, que les employés du gouvernement à tous les niveaux utilisent beaucoup le transport aérien. Après tout, ce sont les contribuables, vaccinés et non vaccinés, qui paient les tarifs. Si les compagnies aériennes veulent garder leurs clients, elles doivent s’y conformer. Les entreprises médiatiques, comme la CBC et d’autres bénéficiaires récents de l’aide des contribuables, doivent non seulement se conformer aux mandats en matière de vaccins ; ils doivent également s’en tenir au discours du gouvernement sur « l’innocuité et l’efficacité » des injections expérimentales d’ARNm. Et ils l’ont fait. Il est difficile de trouver des nouvelles ou des opinions dans les médias grand public qui contredisent le mantra récité quotidiennement par les agents de santé publique et la plupart des politiciens provinciaux et fédéraux.

En ce qui concerne les politiciens, les actions récentes du gouvernement fédéral devraient alarmer tous les Canadiens. Le gouvernement a maintenant déclaré qu’aucune personne non vaccinée ne peut entrer à la Chambre des communes. Cela inclut les députés élus, leur personnel ou les membres du public. Utilisant COVID comme excuse, le parti au pouvoir a en effet interdit aux vraies voix de l’opposition d’être sur la scène pour contester ou remettre en question leurs politiques. La soi-disant opposition officielle s’est renversée sur celui-ci et les petits partis représentés à la Chambre sont sur la même longueur d’onde que les libéraux.

Pourquoi est-ce important? Car, d’un trait de plume, il sape les principes essentiels de notre démocratie représentative. Cela signifie que tout citoyen, même un élu pour représenter ses électeurs, doit se plier aux souhaits et aux décrets du Premier Ministre avant d’entrer dans la Chambre où les lois du Canada sont promulguées et où les actions du Premier Ministre et de son gouvernement ont historiquement fait l’objet de questions et d’un examen légitimes.

Quels que soient vos sentiments personnels au sujet des injections expérimentales d’ARNm, ce rejet des principes mêmes selon lesquels les démocraties sont censées rester transparentes devrait vous préoccuper. Le fait de forcer des citoyens canadiens à participer à une expérience médicale mondiale, même contre leur gré, devrait vous préoccuper. La séparation de la population entre privilégiés (ceux qui ont accepté la carotte) et exclus (ceux qui ont rejeté la carotte et senti le bâton) est un effrayant aperçu des choses à venir. À moins que les Canadiens ne s’unissent pour exiger que nos gouvernements, tant fédéral que provinciaux, abandonnent les protocoles et les stratégies ratés d’un État policier en développement, nous pouvons nous attendre à plus de restrictions, à des mesures d’application plus sévères et encore à moins de transparence.

Il est temps que tous les Canadiens de bonne volonté et de bon sens prennent la parole. Je suis sûr que la plupart des Canadiens, qu’ils soient vaccinés ou non, espèrent conserver les libertés et l’engagement citoyen qui ont fait du Canada l’un des meilleurs pays au monde et l’un des plus riches en possibilités d’épanouissement personnel. Nous ne devons pas nous laisser tromper par la confusion COVID. Nous avons des défis importants avec COVID; c’est vrai. Si nous perdons notre capacité de participer de manière significative aux institutions de notre démocratie parlementaire, les troubles d’aujourd’hui ne sembleront rien. Relisez 1984. Lisez l’archipel du Goulag. Découvrez les millions de personnes qui ont péri en URSS et en République populaire de Chine. Ce n’est pas de l’alarmisme. C’est simplement une reconnaissance que la nature humaine pécheresse n’a pas changé et que le pouvoir absolu corrompt. . . Tout à fait. Les maux que les hommes ont causés dans le passé sont encore possibles aujourd’hui, peut-être plus encore, puisque tant de personnes ont rejeté Dieu et ses principes. Ne soyons pas coupables de s’endormir à l’interrupteur quand c’est l’heure de briller!

Si vous n’êtes pas déjà membre de CHP Canada, joignez-vous à nous aujourd’hui et aidez-nous à rappeler à nos concitoyens canadiens l’héritage chrétien qui est le fondement de notre civilisation.



Download PDF Version

Share to Gab

Other Commentary by Rod Taylor: