Contact us now: Phone: +111111111

CHP

Commentary

FEM, la Grande Réinitialisation et le Nouvel Ordre Mondial

Tue, May 17, 2022 | Author: Rod Taylor

Pour ceux qui ont observé l'effritement progressif de la civilisation occidentale au cours des deux dernières années, le FEM (Forum Économique Mondial), dirigé par Klaus Schwab, est devenu une partie de notre langage et de notre réalité. Le célèbre commentaire de M. Schwab à propos de la Grande Réinitialisation qu'il envisage pour toute l'humanité est le suivant : « Vous ne posséderez rien et vous serez heureux. »

Bien sûr, c'est une déclaration ridicule à première vue. Alors que les facteurs politiques, économiques et militaires entraînent souvent la perte de biens personnels, le fait que les gens soient heureux ou malheureux dépasse la capacité de tout expert à prédire ou à contrôler. Lorsque la personne qui fait la déclaration possède elle-même une grande richesse personnelle et un grand pouvoir, il semble un contraste saisissant d'appeler le reste de l'humanité à renoncer à toute prétention à la propriété. Il est peu probable qu'il envisage de donner ses biens pour trouver le bonheur qu'il promet aux autres.

Il est particulièrement intéressant de noter que les milliardaires qu'il invite à Davos sont parmi les plus riches du monde (leur richesse combinée est censée atteindre 500 milliards de dollars). Leur intérêt collectif à diriger les affaires du monde et à concocter des systèmes économiques qui profiteront à leurs entreprises, à leurs fondations et à leurs propres portefeuilles financiers semble peu susceptible d'être conçu en pensant aux familles à revenu moyen et faible. Ce n'est pas ainsi que leur richesse a été accumulée en premier lieu.

La crise du COVID et les protocoles et décrets gouvernementaux qui ont freiné et entravé les petites entreprises et les carrières privées au Canada et dans le monde ont été un contexte utile pour les mondialistes influents pour faire avancer leurs programmes.

Quels sont les objectifs de ces agendas ? Trop nombreux pour être décrits ici. Ce court article ne peut être considéré que comme une introduction au sujet. Les personnes qui veulent comprendre les détails complexes des plans du FEM et comment ils se recoupent commodément avec ceux de l'OMS (Organisation mondiale de la santé) et de l'ONU (Nations Unies), devront passer beaucoup de temps à lire ou à visionner certains des innombrables analyses vidéo produites par des citoyens concernés du monde entier.

Quelques-uns des objectifs des globalistes qui peuvent être identifiés sont:

  1. Identification numérique qui rendrait chaque individu plus traquable, traçable et contrôlable.
  2. Monnaie numérique, dont l'utilisation peut être limitée en fonction du « score de crédit social » d'une personne.
  3. Conformité complète en termes de vaccinations, d'utilisation de combustibles fossiles ou de tout autre comportement sur lequel les mondialistes peuvent rechercher l'uniformité.
  4. Le revenu de base universel (une idée qui a lamentablement échoué dans toutes les juridictions où elle a été essayée). Créant une dépendance vis-à-vis de l'État au lieu de la responsabilité et de l'initiative personnelles.
  5. Contrôles démographiques ; limites sur qui peut avoir des enfants et combien. Accès à l'avortement, à l'euthanasie, à la stérilisation (volontaire dans un premier temps mais éventuellement obligatoire pour les personnes jugées indignes de se reproduire).

Le FEM et d'autres organisations qui défendent cet agenda sont tous une question de pouvoir. Avec un langage élevé et noble sur l'abandon du capitalisme et la « réinitialisation » des attentes - y compris un langage sur l'équité sociale et la protection du climat - ils appellent les gens du monde entier à faire des sacrifices personnels dans l'intérêt d'une communauté mondiale aimante, attentionnée et qui partage. Pendant ce temps, ils se précipitent vers leurs conférences en jet et cherchent à imposer des contrôles sur les libertés individuelles. Ils ont bien l'intention de mettre en œuvre ces contrôles par le biais de la dépendance financière.

Nous l'avons vu récemment lorsque les fidèles du FEM, Justin Trudeau et Chrystia Freeland, ont saisi les comptes bancaires de citoyens ordinaires qui ont soit participé au convoi pour la liberté des camionneurs, soit contribué financièrement à leurs efforts. Ils ont utilisé la Loi sur les mesures d'urgence, non seulement pour écraser la dissidence pacifique, mais aussi pour voir jusqu'où ils pouvaient aller dans le contrôle des Canadiens en gelant les comptes bancaires. Leur capacité à punir les détracteurs en coupant leurs revenus, en annulant les licences commerciales et en leur refusant l'accès aux services s'est avérée assez intimidante. Bien sûr, la méthode de contrôle privilégiée est toujours la peur. Par une grande démonstration de force semblable à un État policier, en jetant quelques personnes en prison, en saisissant quelques comptes bancaires et par un flot constant de propagande gouvernementale, les élites au sommet de la bureaucratie sont capables de manipuler des milliers d'autres qui ne sont pas encore prêts à aller en prison et qui ne veulent vraiment pas perdre leurs économies.

Les Canadiens devraient s'inquiéter des menaces croissantes à notre souveraineté individuelle et nationale. Ce n'est pas une théorie du complot; c'est simplement une reconnaissance qu'il y a des gens qui pensent qu'ils savent – mieux que nous – ce qui est le mieux pour nos familles et notre avenir. Cela prendra des mesures cohérentes et courageuses pour empêcher la perte de notre identité canadienne unique. Les actions de notre gouvernement fédéral actuel ne nous protégeront pas des mondialistes car leur programme est aligné sur le FEM et d'autres organisations internationales puissantes. Nous devons revendiquer notre identité nationale et rétablir les principes qui ont autrefois fait prospérer notre société.

Le PHC s'est engagé à restaurer notre culture chrétienne. Joignez votre voix à la nôtre pour défendre notre pays, notre mode de vie, nos foyers et nos familles.



Download PDF Version

Other Commentary by Rod Taylor: